Les marchés européens montaient mardi, dans l'espoir de voir les banques centrales et les gouvernements du G7 venir à leur rescousse en annonçant des mesures de soutien pour stimuler l'économie mondiale ébranlée par l'épidémie de coronavirus.

"Les décisions prisent suite à cette réunion devraient être suivies avec attention par les investisseurs", commente Vincent Boy, analyste marché chez IG France.

"Si aucune mesure forte n'est annoncée à l'issue de cette réunion, les marchés pourraient s'impatienter et effacer peu à peu le fort rebond constaté sur les indices américains hier", prévient-il.

Pour lui, "même en cas d'intervention rapide, l'injection de liquidité et un soutien fiscal ne permettront pas d'endiguer un problème sanitaire alors que le virus continue de se répandre".

"Nous sommes en terre inconnue", a déclaré lundi le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, alors que depuis plusieurs jours l'épidémie semble faiblir en Chine mais connaît une accélération ailleurs.

Dans ce contexte, le marché espère que les banques centrales vont intervenir pour soutenir l'économie au travers de nouvelles mesures de politique monétaire accommodante.

Car, selon l'OCDE, la croissance mondiale ne devrait pas dépasser 2,4% cette année, et l'économie planétaire pourrait même connaître une récession au premier trimestre à cause de l'épidémie.

La banque centrale australienne été la première mardi à annoncer une baisse de son taux d'intérêt à 0,5% contre 0,75%, soit le plus bas historique.

De son côté, la Banque centrale européenne discutera "le 12 mars", lors de sa prochaine réunion, de possibles réponses aux risques que la progression du nouveau coronavirus fait courir à l'économie, a appris l'AFP mardi.

Les acteurs de marché évaluent à 100% la probabilité d'une baisse des taux d'intérêt à l'issue de la prochaine réunion du Comité monétaire de la Fed, les 17 et 18 mars.

"La panique est telle qu'il n'est même plus certain, à ce stade, qu'une baisse des taux de la Fed soit réellement en mesure de l'endiguer", estime toutefois Christopher Dembik, responsable de la recherche économique à Saxo Banque, dans une note.

"Une telle action de la part de la banque centrale américaine pourrait au contraire confirmer les craintes des investisseurs selon lesquelles la situation sur le plan économique est fortement détériorée", selon lui.

Le point à l'ouverture:

La Bourse de Paris a ouvert sur une note optimiste mardi (+1,40%). A 9h, l'indice CAC 40 prenait 74,63 points à 5.408,15 points. La veille, l'indice a fini en hausse de 0,44%;

La Bourse de Francfort poursuivait son rebond mardi matin, le Dax prenant 1,07%. Vers 9h15, l'indice vedette prenait 126,8 points à 11.984,64, points, après avoir fait une incursion au-delà des 12.000 points dès les premiers échanges, tandis que le MDax des valeurs moyennes s'appréciait de 1,21% à 25.655,83 points;

La Bourse de Milan gagnait 3% mardi matin. La veille, elle avait fini en recul de 1,5% et vendredi de 3,58%;

La Bourse de Londres a ouvert en hausse de plus de 2%. L'indice FTSE 100 des principales valeurs prenait 2,34% à 6.810,81 points vers 08H45 GMT.