La Bourse de Paris s'engageait dans le vert jeudi matin, grimpant de 0,52 %. A 09H35, l'indice parisien progressait de 29,76 points à 5.592,81 points. Il avait terminé quasi stable la veille, tout comme Wall Street, après deux séances d'intense rebond des marchés, qui avaient cédé à un vent de panique lors de la dernière semaine de janvier.

Le Dax de la Bourse de Francfort était en hausse de + 0,52 %, le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles de + 0,10 % et le FTSE 100 de la Bourse de Londres affichait + 0,59 %.

De leur côté, les indices asiatiques ont fléchi jeudi, les analystes pointant du doigt des préoccupations sur la situation des liquidités en Chine.

"La tendance haussière montre des signes de fatigue aux Etats-Unis et en Asie", notent les experts d'Aurel BGC, estimant toutefois qu'il n'y a pas de dynamique baissière à ce stade.

"Les bonnes statistiques américaines, les progrès en vue de l'adoption du plan d'aide américain, les bonnes nouvelles sur le front des vaccins ou encore la baisse de la frénésie spéculative alimentée par les petits porteurs américains sont des facteurs de résistance des marchés à court terme", étayent-ils.

Les démocrates américains ne veulent pas faire de compromis sur le montant du plan de relance présenté par Joe Biden et fixé à 1.900 milliards de dollars. Les investisseurs attendent l'arrivée rapide de cette bouffée d'air pour l'économie américaine après que le Sénat a procédé à un vote technique ouvrant la voie à une adoption du texte à une majorité simple.

Sur le plan sanitaire, les investisseurs s'en remettent aux espoirs d'accélération des campagnes de vaccination. L'Union Européenne envisage désormais d'adopter les vaccins chinois et russe.