Les marchés européens devraient commencer la semaine en baisse, inquiète que les risques de reprise de l'épidémie ne fragilisent le redémarrage des économies.

"Les marchés devraient ouvrir en baisse en raison des inquiétudes accrues quant aux risques de deuxième vague", estime Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

La crainte que "l'augmentation des taux d'infection en Chine, au Japon, en Inde et dans un certain nombre d'États américains ne fasse dérailler les perspectives de reprise" surplombe les investisseurs.

Le monde est entré dans une "phase dangereuse" avec la fin des mesures de confinement ou de restrictions à la mobilité, a averti l'Organisation mondiale de la santé vendredi.

Aux Etats-Unis, Apple va de nouveau fermer 11 de ces magasins en Arizona, Floride et Caroline du Nord et du Sud, des Etats qui connaissent un rebond des cas de coronavirus

Le retour de l'épidémie hante toujours l'Europe, à mesure que ces économies se déconfinent.

L'Espagne, pays parmi les plus endeuillés avec plus de 28.000 morts, a levé samedi à minuit l'état d'alerte décrété le 14 mars et rouvert sa frontière terrestre avec la France --celle avec le Portugal attendra le 1er juillet-- ainsi que ses ports et aéroports aux ressortissants de l'Union européenne.

En France, cinémas, centres de vacances, casinos et salles de jeux peuvent rouvrir.

En Allemagne, un des pays européens ayant déconfiné le plus vite, la Banque centrale nationale a assuré dimanche que le pays avait franchi le pire de la crise et était "sur la voie de la reprise".

Toutefois, plus de 1.300 employés d'un abattoir sur un total de près de 7.000 ont été testés positifs en Rhénanie du Nord - Westphalie (ouest). "Nous ne pouvons pas exclure un confinement général", a déclaré dimanche le chef du gouvernement de ce land, Armin Laschet.erallia (spécialiste de l'emballage en verre).