Les Bourses européennes ont ouvert de façon optimiste ce jeudi, à l'image de Wall Street hier, qui a clôturé dans le vert, animée par l'espoir d'une avancée commerciale.
  • La Bourse de Paris a débuté en légère hausse jeudi (+0,40%), abordant positivement une journée qui sera essentiellement marquée par la reprise des discussions commerciales entre les deux premières économies mondiales.

A l'ouverture, l'indice CAC 40 prenait 21,84 points à 5.520,98 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,78%, animé par l'espoir d'une avancée entre Pékin et Washington.

Le groupe LVMH a par ailleurs décollé de plus de 5%, propulsé par une croissance au beau fixe au 3e trimestre.

  • La Bourse de Londres évoluait autour de l'équilibre (-0,10%), renouant avec la prudence au moment où reprennent les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. Dès l’ouverture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs perdait 7,04 points à 7.159,46 points,

Le marché avait le regard tourné vers Washington où les discussions sur le commerce avec Pékin doivent se tenir jusqu'à vendredi, même si l'espoir d'un accord est faible.

  • La Bourse de Francfort évoluait à l'équilibre (Dax +0,03%), les investisseurs restant sur le qui-vive alors que représentants américains et chinois vont entamer un nouveau round de négociations pour tenter d'enterrer la hache de guerre commerciales. A l'ouverture, l'indice vedette avançait de 3,8 points, à 12.098,01 points. Le MDax des valeurs moyennes cédait de son côté 0,02% à 25.290,93 points.
  • Les attentes concernant les résultats des discussions sino-américaines "sont très élevées" et certains scénarios de sortie "ont déjà été intégrés dans les cours", créant ainsi "un risque latent de repli" des valeurs, commente Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect.

  • Le Bel 20 a démarré la journée légèrement dans le vert également (+0,12%)

"Les discussions très commentées sur le commerce entre les États-Unis et la Chine vont débuter aujourd'hui". Les derniers signaux venus de Chine sont positifs et ont d'ailleurs aidé les indices européens mercredi, pour autant "les attentes ne sont pas très élevées", a résumé David Madden, un analyste de CMC Markets.

Citant un responsable chinois proche des négociations, l'agence de presse Bloomberg a rapporté mercredi que Pékin n'espérait pas vraiment parvenir à un grand accord, mais que les Chinois accepteraient un accord limité si le président américain Donald Trump renonçait aux tarifs douaniers supplémentaires qu'il a menacé de mettre en oeuvre d'ici à la fin de l'année.

En échange, Pékin pourrait faire quelques concessions comme la reprise à grande échelle de commandes de produits agricoles.

Ces informations ont redonné du baume au cœur aux marchés hier. Les investisseurs ne perdent pas toutefois complètement de vue le divorce très compliqué entre l'Union européen et le Royaume-Uni.