Les marchés européens devraient ouvrir en légère hausse mardi, après un début de semaine poussif, reprenant un peu confiance dans le sillage de Wall Street et dans l'attente d'indicateurs d'activités des deux côtés de l'Atlantique.

"L'Europe (est) en piste pour une ouverture en hausse alors que les indices d'activités PMI" pourrait laisser entrevoir "un rebond économique", a anticipé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"Le déclin d'hier sur les marchés européens et asiatiques était lié à la nette progression des cas de contaminations, pas seulement aux États-Unis mais également en Chine et en Allemagne", faisant craindre "une seconde vague qui mettrait en péril les perspective d'une reprise économique", a-t-il complété.

"Dans un premier temps les indices américains ont suivi le mouvement", a-t-il ajouté, mais "l'optimisme n'a pas tardé à refaire surface", aidé par un rebond d'Apple.

Selon lui, il y a de la "schizophrénie" sur les marchés, partagés entre ceux qui craignent une seconde vague qui ruinerait les espoirs de redémarrage et "ceux qui pensent que les soutiens monétaires et fiscaux peuvent régler les problèmes".

Alors que "les deux camps s'affrontent" chaque jour, l'attention du jour sera concentrée, d'après lui, sur les PMI en zone euro, avec des investisseurs plutôt "optimistes" quant à un rebond de l'activité. Ce scénario a gagné en vigueur grâce à la remontée enregistrée en mai et les données de juin sont attendues aussi en hausse, a souligné M. Hewson.

La situation sanitaire n'en continuera pas moins de peser avec neuf millions de contaminations dans le monde, le seuil des 120.000 morts dépassé aux États-Unis et une pandémie de coronavirus qui "continue de s'accélérer" selon l'Organisation mondiale de la Santé.

Du côté des indicateurs, outre les premiers chiffres d'activité PMI pour juin de la zone euro et des États-Unis, les ventes de maisons neuves pour mai aux États-Unis sont également à l'agenda.