La Bourse de Paris refluait de nouveau, pénalisée par l'anticipation d'une reprise économique plus tardive que prévu en raison d'une troisième vague de la pandémie de Covid-19 touchant plusieurs pays européens.

A 09H25, l'indice vedette CAC 40 cédait 0,47 %, soit 27,88 points, à 5 940,60 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,49 %.

Les indices européens sont "refroidis par les nouvelles mesures allemandes prises afin de lutter contre la troisième vague épidémique et avant l'audition de J. Powell et J. Yellen en fin de séance européenne", souligne Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

L'Allemagne, confrontée à une hausse "exponentielle" des contaminations et à un nouveau variant "beaucoup plus létal" du Covid va se placer en verrouillage renforcé pendant tout le week-end de Pâques, a annoncé tôt mardi la chancelière Angela Merkel.

Face à la persistance de la pandémie, Berlin va en outre suspendre en 2022, pour la troisième année d'affilée, sa règle sacro-sainte de "frein à l'endettement" dont l'avenir divise la classe politique. Des mesures qui avaient pour conséquence une baisse similaire de la Bourse de Francfort, où le DAX cédait 0,48 %. 

Les nouvelles n'étaient guère meilleures sur les autres marchés européens. A la Bourse de Londres, le FTSE-100 perdait 0,42 %. La Bourse de Bruxelles suivait le mouvement, le BEL 20 lâchant également 0,47 %.