La Bourse de Paris recule légèrement de 0,07% après une ouverture stable. L'indice vedette CAC 40 perdait 4,22 points à 5.668,45 points vers 09H20 (08H20 GMT), au lendemain d'un gain de 0,21% sur fond d'envolée du titre Carrefour. A l'échelle européenne, Francfort prenait 0,35% et Londres 0,16%.

La Bourse de Francfort évolue en légère hausse, le Dax gagnant 0,35% dans un marché attendant que la saison des bilans financiers s'ouvre aux Etats-Unis pour se redonner de l'élan. A 8h15 GMT, l'indice vedette gagnait 48,7 points à 13.988,38 points, tandis que le Mdax des valeurs moyennes prenait 0,23% à 31.380,62 points.

La Bourse de Londres a ouvert en légère hausse, entre des résultats mitigés d'entreprises et la perspective d'un plan de relance dans la première économie mondiale. L'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 0,31% à 6.766,31 vers 08H50 GMT.

L'indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles affiche +0,08 %, à 3 728,57 points.

Le président élu Joe Biden présente ce jeudi les bases du prochain paquet d'aides économiques, qui doivent permettre aux Etats-Unis de sortir de la pire crise qu'ait connu le pays depuis les années 30, alors que des millions d'Américains sont toujours au chômage.

"Il semble que les indices vont rester peu reluisants jusqu'à l'annonce de ce que contient le paquet budgétaire de Joe Biden", signale David Madden analyste pour CMC Markets UK.

Ces derniers jours les investisseurs ont oscillé entre l'espoir d'un retour de la croissance grâce à ce plan de relance et la crainte d'un retour de l'inflation aux Etats-Unis, une anticipation notamment matérialisée par la forte hausse du rendement des obligations américaines ces derniers jours.

"Une résurgence durable de l'inflation aux Etats-Unis n'apparaît pas comme un risque important à un horizon de quelques trimestres", anticipe toutefois Hervé Goulletquer, stratégiste chez La Banque Postale AM."Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas comprendre la vigilance du marché en la matière, du fait des mesures exceptionnelles de politique économiques prises depuis près d'un an".

La bourse allemande "a utilisé toute sa force la première semaine de l'année pour établir un nouveau record" et atteindre à nouveau le record absolu de 14.131 points "sera difficile sans impulsions positives", note Milan Cutkovic, analyste chez Axi.

La saison des bilans financiers qui commence demain avec le secteur bancaire américain pourrait ainsi réserver "des surprises positives", ajoute M.Cutkovic. Les investisseurs prendront connaissance à 09H00 GMT de la première estimation du PIB allemand pour 2020, attendu en recul de 5 à 5,5% sur fond de crise liée au Covid-19, selon les observateurs.

La nouvelle procédure de destitution engagée contre Donald Trump reste en arrière-plan, le marché s'intéressant davantage à la perspective de nouvelles mesures de soutien économique aux Etats-Unis. Elles auraient de quoi "stimuler l'humeur d'achat des investisseurs à Wall Street et donc également à la Bourse de Francfort", conclut l'analyste.