Les marchés européens ont ouvert en nette baisse mercredi matin, après un déclin moyen de plus de 25% sur le premier trimestre 2020, dans un marché toujours suspendu aux conséquences de la pandémie de coronavirus, en particulier aux Etats-Unis.

"En ce premier jour du deuxième trimestre, il sera difficile d'effacer la très mauvaise performance du premier trimestre sur le CAC 40 (-26%)", relève dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Les investisseurs sont encore fébriles en dépit du soutien massif des banques centrales et des Etats-Unis et vont devoir naviguer encore pendant plusieurs semaines dans un environnement de marché marqué par les très mauvaises statistiques et une prolongation des mesures de confinement dans plusieurs pays jusqu'à fin avril/début mai dans le meilleur des scénarios", a-t-il poursuivi.

Mardi, les marchés européens étaient parvenus à se maintenir dans le vert pour la deuxième séance consécutive, profitant notamment d'un indicateur d'activité manufacturière meilleur qu'attendu en Chine.

Ce rebond inattendu de l'activité manufacturière le mois dernier a été confirmé mercredi par l'indice indépendant PMI calculé par le cabinet IHS Markit.

Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales du G20 ont en outre promis mardi d'aider les pays pauvres à supporter le fardeau de leur dette et d'assister les marchés émergents pour limiter l'impact du nouveau coronavirus sur leur économie.

Plus de 823.720 cas d'infection ont été diagnostiqués dans 185 pays et territoires depuis l'apparition du virus en décembre en Chine, selon un décompte de l'AFP à partir de sources officielles, et plus de 40.000 décès ont été recensés, dont près des trois-quarts en Europe.

Sur le Vieux Continent, l'Italie paye toujours le plus lourd tribut avec plus de 12.000 morts, devant l'Espagne (plus de 8.000 décès) et la France (3.500 morts).

Avec plus de 4.000 décès, un chiffre multiplié par deux en trois jours, les Etats-Unis ont dépassé le nombre de morts officiels en Chine.

Donald Trump a prévenu mardi les Américains que les deux prochaines semaines seraient "très, très douloureuses".

Côté statistiques, le marché automobile français a chuté de 72,2% en mars et devrait baisser de 20% sur l'année, victime de l'épidémie de coronavirus et des mesures de confinement de la population qui ont stoppé le commerce automobile, ont annoncé mercredi les constructeurs.

A l'agenda du jour seront particulièrement scrutés les chiffres des créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis en mars (enquête ADP).

Ces derniers, "après les chiffres exécrables des revendications hebdomadaires au chômage, (devraient) confirmer que les destructions d'emplois ont atteint un niveau sans précédent du fait de la crise', a estimé M. Dembik.

Les données du chômage en zone euro pour février et l'indice d'activité manufacturière ISM du mois dernier outre-Atlantique sont également au menu.

Le point à l'ouverture:

La Bourse de Paris a ouvert en forte baisse de 3,10% à 4.259,94 points;

La Bourse de Francfort a perdu plus de 3% à l'ouverture;

La Bourse de Londres a ouvert en forte baisse mercredi (-3,44%). L'indice FTSE-100 cédait près de 200 points à 5.412,83 points vers 9h20