Les marchés européens devraient ouvrir sur une note positive vendredi, en partie rassurés par les mesures monétaires massives adoptées par plusieurs banques centrales, en particulier la Banque centrale européenne (BCE), pour faire face à l'impact de l'épidémie de coronavirus.

"Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin (...) après que la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré que la BCE restait prête à augmenter encore la taille de ses programmes d'achats d'actifs face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus", a souligné dans une note John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Ce dernier précise en outre que plusieurs contrats sur les options arrivent à échéance simultanément ce vendredi (séance dite des "Quatre sorcières"),ce qui pourrait renforcer la volatilité.

Le fait que le président américain Donald Trump vante jeudi le recours à la chloroquine, un antipaludéen, comme possible traitement pour le coronavirus, après des résultats encourageants en Chine et en France, a aussi aidé les marchés boursiers à se reprendre en fin de séance.

Après les mesures radicales de la Réserve fédérale américaine (Fed) puis le "bazooka" de la BCE, la Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé jeudi l'abaissement surprise de son taux directeur de 0,15 point de pourcentage à 0,1%, un plus bas historique.

Elle a également décidé d'augmenter son programme de rachat d'actifs de 200 milliards de livres (216 milliards d'euros environ) pour le porter à 645 milliards.

En outre, la Banque centrale américaine (Fed) a annoncé jeudi toute une série d'accords, dits de "swap", pour permettre à ses homologues du Brésil, du Mexique, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, du Danemark, de Corée du sud, de Norvège, du Danemark, de Suède et de Singapour d'accéder facilement à des dollars.

"Ces mesures additionnelles sont en partie destinées à apporter une réponse à la forte hausse des taux souverains que nous avons observée sur le marché de la dette cette semaine, ainsi qu'à la forte dépréciation des devises face au dollar américain", a complété Michael Hewson, responsable de l'analyse marchés chez CMC Markets.

Mais "la confiance n'est pour autant pas rétablie", a prévenu M. Plassard, d'autant que les mesures de confinement s'étendent à l'Argentine et aux Etats-Unis, la Californie et ses quelque 40 millions d'habitants étant désormais concernés.

De son côté, le chef de la majorité républicaine du Sénat américain Mitch McConnell a présenté jeudi des mesures de relance de l'économie d'environ 1.000 milliards de dollars pour contrer l'impact de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis.

Qualifié d'"ennemi de l'humanité" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Covid-19 a jusqu'à présent contaminé plus 240.000 personnes dans le monde et on pourrait prochainement franchir le seuil psychologique des 10.000 décès.

Le point à l'ouverture:

  • La Bourse de Francfort a ouvert en forte hausse vendredi, le Dax bondissant de 5,46%. L'indice vedette a gagné 470,1 points pour repasser la barre des 9.000 points, à 9.080,49 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes progressait de 5,57% à 19.593,00 points lors des premiers échanges;
  • La Bourse de Paris a attaqué la séance d'humeur conquérante (+5,48%). A 9h, l'indice CAC 40 gagnait 211,29 points à 4.066,79 points. La veille, il avait fini sur une progression de 2,68%;
  • La Bourse de Londres rebondissait fortement.L'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 4,33% à 4.374,72 points à 08H24 GMT après avoir ouvert avec près de +5%.
© AFP