La Bourse de Paris affichait sa prudence ce matin (-0,15%). Vers 09H40, l'indice CAC 40 cédait 9,41 points à 6.160,00 points. Vendredi, la cote parisienne avait terminé à l'équilibre.

D'autre part, vers 9H45 (8H45 GMT), l'indice Dax de la Bourse de Francfort perdait 0,04 % à 15 227.52 points, tandis qu'à la Bourse de Londres, le FTSE-100 lâchait 0,51 %, à 6 880.56 points. De son côté, l'indice vedette Bel 20 de la Bourse de Bruxelles était en baisse de 0,10 %, à 3 937.64 points.

Les investisseurs sont "focalisés sur l'indice des prix à la consommation attendu mardi afin d'avoir un aperçu plus juste de l'inflation" aux Etats-Unis, indiquent les analystes de Saxo Banque dans une note.

Le président de la banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, répète à l'envi que la politique monétaire restera accommodante tant que l'économie ne sera pas totalement rétablie, et que l'inflation attisée par la reprise ne devrait être que temporaire.

Toutefois, "un bond de l'indice des prix à la consommation pourrait cette semaine semer la panique sur le marché et peser sur l'appétit pour le risque", estime Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

Depuis plusieurs semaines, le calme est revenu sur le marché obligataire qui avait été secoué autour de la mi-mars à cause des anticipations de nette progression de l'inflation. Les investisseurs craignent qu'un emballement des prix n'entraîne un resserrement monétaire plus rapide qu'escompté.

La hausse plus forte que prévu des prix de gros en mars aux Etats-Unis n'a cependant pas ébranlé le rendement américain à dix ans vendredi. Celui-ci continuait de se détendre à 1,65 % lundi matin. En attendant, pour la séance du jour, les investisseurs surveilleront les ventes au détail de février en zone euro.