La Bourse de Paris montait de 0,24 % à l'ouverture. A 09H00 (8H00 GMT), l'indice vedette CAC 40 prenait 14,43 points à 6.050,40 points au lendemain d'une baisse de 0,17% à la fermeture.

De son côté, le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles gagnait 0,48 %, à 3 880.42 points vers 9H35 (8H35 GMT). La Bourse de Francfort suivait le mouvement avec son indice vedette le Dax, en hausse de 0,56 % à 14 542.83 points. Tendance similaire à la Bourse de Londres, où le FTSE-100 engrangeait 0,63 %, à 6 792.28 points.

Les investisseurs attendent les résultats d'une réunion de la banque centrale américaine (Fed) ces mardi et mercredi, à l'issue de laquelle aucune décision importante n'est prévue. L'institution doit en revanche actualiser ses prévisions de croissance et pourrait s'exprimer sur les craintes inflationnistes ambiantes.

L'humeur des investisseurs était cependant perturbée par des suspensions de vaccination au sérum AstraZeneca dans une douzaine de pays, dont la France et l'Allemagne, par crainte d'effets secondaires, au moment même ou l'Italie a reconfiné sa population et où l'Ile-de-France pourrait faire de même.

"Si cette suspension est (...) courte, la campagne de vaccination ne devrait pas être trop déstabilisée. En revanche, une durée plus longue viendrait à nouveau ralentir le processus de vaccination et risque d'affecter la croissance", remarque Sebastian Paris Horvitz, stratégiste chez LBPAM.

Un groupe d'experts de l'Organisation mondiale de la santé se réunit ce jour pour étudier la sûreté du vaccin, et l'Agence européenne des médicaments (EMA) tiendra une réunion extraordinaire jeudi.

Au rang des indicateurs, l'inflation a maintenu son rythme en février, à +0,6 % sur un an selon l'Insee, et la banque centrale française a relevé lundi à 5,5 % sa prévision de croissance pour la France cette année, contre 5 % anticipé lors de ses précédentes prévisions de décembre.