La Bourse de Paris (+0,60%), tout comme la Bourse de Londres (+0,48%) et de Francfort (+0,38%) débutaient le mois de décembre avec entrain lundi, encouragées par l'amélioration de l'activité dans le secteur manufacturier chinois malgré l'absence de nouvelles dans le dossier des relations commerciales entre Pékin et Washington.

Vers 08H07 GMT, l'indice vedette prenait 25,83 points à 13.286,70 points. Le MDax des valeurs moyennes était à 27.551,1 points, en hausse de 0,33%. Vers 08H30 GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 35,07 points, à 7.381,60 points. A 09H42 (08H42 GMT), l'indice CAC 40 progressait de 35,40 points à 5.940,57 points. Vendredi, la cote parisienne avait fini en légère baisse (-0,13%).

Le marché entamait du bon pied le mois de décembre grâce à une activité manufacturière en Chine pour novembre à son plus haut niveau depuis trois ans, malgré les tensions commerciales avec les Etats-Unis, selon l'indice PMI.

"Après les indices PMI prometteurs en zone euro la semaine dernière, c'est un nouveau signe préliminaire que les PMI ont passé le creux de la vague", observe Neil Wilson, analyste pour markets.com.

Les investisseurs attendent dans la matinée les résultats définitifs des enquêtes auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité du secteur manufacturier dans les économies européennes au mois de novembre et l'ISM manufacturier américain dans l'après-midi.

Par ailleurs, ils "vont continuer à s'intéresser à l'évolution des relations sino-américaines", souligne Tangi Le Liboux, analyste pour le courtier Aurel BGC.

"Les marchés continuent de s'accrocher à l'espoir d'un accord commercial mais il semble de plus en plus qu'il ne pourra être conclu et signé avant la fin de l'année", fait valoir M. Wilson.

Mais, selon lui, "un report des taxes douanières sensées entrer en vigueur le 15 décembre serait suffisant à contenter le marché, montrant que les choses vont dans la bonne direction", ajoute-t-il.

"La Chine ne devrait pas se contenter de l'annulation de la hausse des droits de douane, qui n'est pas encore acquise au 15 décembre prochain, mais veut aussi que Washington revienne, au moins partiellement, sur les hausses précédentes", prévoit pour sa part M. Le Liboux.