Les Bourses européennes ouvrent dans le vert mardi, s'accrochant aux fragiles signaux laissant entrevoir un potentiel pic de l'épidémie de coronavirus en Europe.

La Bourse de Bruxelles a débuté sa séance dans le vert à 3,95%, l'indice Bel 20 atteignant 2 964,960 points. Vers 9H30, l'indice Bel20 repassait la barre des 3.000 points, à 3.046,85 points.

La Bourse de Paris a ouvert en hausse (+3,30%). A 09H00 (07H00 GMT), l'indice CAC 40 prenait 143,26 points à 4.489,40 points. La veille, il avait décollé de 4,61%.

A la Bourse de Francfort a ouvert en hausse, le Dax prenant 3,65%, au lendemain d'un rebond de plus de 5%. L'indice vedette prenait, à 07:13 GMT, 367,47 points à 10.442,64 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes grimpait de 3,57% à 21.855,27 points.

La Bourse de Londres a ouvert en hausse, en dépit de l'annonce que le Premier ministre Boris Johnson, malade du covid-19, est en soins intensifs. L'indice FTSE 100 des principales valeurs prenait 3,09% à 5.754,92 points vers 08H05 GMT.

"Les valeurs sont en hausse car les nouveaux cas de coronavirus ralentissent. L'absence de (Boris) Johnson pose toutefois des questions pour le Royaume-Uni", commente Ipek Ozkardeshkaya, analyste de Swissquote Bank.

"L'optimisme quant à un pic du virus se poursuit pour une deuxième journée", a estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"Les marchés mondiaux ont connu un début de semaine honorable hier, grâce à une combinaison de facteurs". Ce matin, "l'Asie a repris le flambeau et cela devrait aussi gagner l'Europe avec une nouvelle ouverture positive, alors que l'espoir grandit de voir les pays européens gagner la bataille contre le virus", a-t-il ajouté.

Le fait que le nombre de décès soit peut-être en train d'atteindre un plateau et les annonces de soutien économique continues de la part des États constituent les principaux facteurs de soutien, selon lui.