La Bourse de Paris a ouvert en hausse de 0,45%. L'indice vedette CAC 40 avançait de 20,71 points à 4.614,95 points à 9H00, après avoir plongé de 6,33% lors de la semaine précédente, sa pire chute depuis juin.

La Bourse de Francfort évoluait proche de l'équilibre, le Dax gagnant 0,06%. Vers 08H38 GMT, l'indice vedette progressait de 6,99 points, à 11.563,47 points. Le MDax des valeurs moyennes prenait de son côté 0,32%, à 25.803,14 points.

La Bourse de Londres a ouvert quasi inchangée. L'indice FTSE-100 des principales valeurs cédait 0,09% à 5.572,00 points vers 08H10 GMT.

"Aujourd'hui commence la semaine la plus chaude", résume Andreas Lipkow de Comdirect.

Les investisseurs "se focalisent sur l'élection présidentielle, autour de laquelle beaucoup de turbulences sont attendues", explique-t-il.

"Ni la victoire de Donald Trump ni celle de Joe Biden n'entraînera de grandes variations sur les marchés", nuance Milan Cutkovic, analyste chez Axi. "Mais pour les Bourses, il est bien plus important d'éviter un résultat contesté" qui conduirait à une période d'incertitudes.

Par ailleurs, alors que le reconfinement est en vigueur en France depuis vendredi, l'Allemagne ferme aujourd'hui ses cafés, restaurants, bars et institutions culturelles pour tenter de freiner la hausse des infections.

Et le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un deuxième confinement de l'Angleterre de jeudi jusqu'au 2 décembre.

"Pire que les mesures elles-mêmes, il y l'incertitude sur la durée de l'arrêt", note M. Cutkovic.