Les principales places boursières européennes étaient en baisse à l’ouverture ce jeudi matin, impactées par la guerre commerciale dont les incertitudes ne cessent de saper le moral des investisseurs.

  • La Bourse de Paris a débuté en baisse (-0,43%), fragilisée par la promulgation de la loi en faveur de Hong Kong par Donald Trump, qui a aussitôt provoqué la colère de Pékin.

A l'ouverture, l'indice CAC 40 perdait 25,29 points à 5.901,55 points. La veille, il avait fini à l'équilibre (-0,05%).

Les indices européens sont "en baisse ce matin après que le président américain Donald Trump a promulgué hier soir une loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Ceci a eu comme effet de hérisser le poil de Pékin qui pourrait prendre des contre-mesures", ont noté les experts de Mirabaud Securities Genève.

"Rappelons toutefois que nous nous situons à des niveaux historiques sur les principaux indices américains, ce qui pourrait aussi expliquer une certaine prise de profits", ont-ils ajouté en rappelant "les volumes devraient être faibles pour cause de Thanksgiving".

Wall Street a en effet terminé à de nouveaux records mercredi soir, porté par des statistiques encourageantes pour l'économie américaine, avant de fermer ses portes jeudi toute la journée et pour une demie séance vendredi.

L'apaisement avait dominé le début de semaine dans le conflit commercial sino-américain, après des échanges entre négociateurs chinois et américains qui étaient convenus de rester en contact afin de parvenir à "un accord préliminaire", selon l'agence Chine nouvelle.

Mais la promulgation par le président américain Donald Trump d'une loi soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong a provoqué une vive réaction de Pékin qui a qualifié ce texte "d'abomination absolue" et menacé Washington de représailles.

Du côté des indicateurs, l'inflation en novembre en Allemagne, ainsi qu'en zone euro la confiance des consommateurs en novembre et l'évolution des crédits au secteur privé et de la masse monétaire M3 en octobre, sont attendues.

  • La Bourse de Londres a ouvert également en baisse, elle aussi à cause d'un regain de tensions entre la Chine et les Etats-Unis, ce qui éloigne la perspective d'un accord commercial rapide entre les deux puissances.

L'indice FTSE 100 des principales valeurs, qui comprend un grand nombre de multinationales, cédait 0,52% à 7.391,55 points peu après l'ouverture. 

"L'optimisme des derniers jours s'est évanoui", sur les marchés asiatiques et européens, "après que le président Trump a signé le texte de loi soutenant les manifestants à Hong Kong", car "la Chine pourrait répliquer", a commenté Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Le FTSE 250, indice élargi plus représentatif des valeurs centrées sur l'économie britannique, continuait quand à lui son ascension (+0,17%), au plus haut depuis plus d'un an, dopé par les sondages qui donnent Boris Johnson gagnant aux élections législatives de décembre.

Le Premier ministre conservateur a promis de faire adopter au Parlement d'ici fin janvier son accord de Brexit avec Bruxelles s'il obtient une majorité, ce qui rassure les marchés après trois ans et demi d'incertitudes sur ce processus.

  • La Bourse de Francfort évoluait, elle aussi, en baisse, le Dax cédant 0,44%.

Dès l'ouverture, l'indice vedette reculait de 58,00 points, à 13.229,07 points. Le MDax des valeurs moyennes était en baisse de 0,25% à 27.463,12 points.

"Le risque de nouvelles tensions dans les discussions commerciales entres les Etats-Unis et la Chine a de nouveau augmenté", note Andreas Lipkow, de Comdirect.

Donald Trump "a mis de l'huile sur le feu politique" en signant le texte, explique l'analyste.

"Il faut attendre pour savoir si la réaction chinoise influe sur le dossier commercial", note M. Lipkow.

Ainsi "les valeurs exportatrices et sensibles à la conjoncture devraient baisser" en faveur des valeurs "défensives", explique-t-il.