Les marchés europédens devraient ouvrir en hausse vendredi, inscrivant ses pas dans ceux de Wall Street la veille, avant des chiffres mensuels de l'emploi en avril aux Etats-Unis qui devraient être très marqués par les dégâts du coronavirus.

"Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin dans le sillage de la clôture des marchés américains euphorisés par la réouverture progressive de l'économie (américaine et mondiale) et le passage en territoire positif (depuis le début de l'année) du Nasdaq", a estimé John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

"La nervosité pourrait cependant monter d'un cran avant les chiffres de l'emploi américain d'avril qui devraient montrer une nette détérioration", a-t-il ajouté en précisant que le consensus tablait sur une hausse du chômage à 16% pour le mois d'avril.

La reprise du dialogue entre Chinois et Américains, avec la promesse d'appliquer leur accord commercial préliminaire, difficilement acquis en début d'année, devraient aussi être accueillie favorablement par les investisseurs.

Après plus de quatre mois de silence et des tensions très fortes entre les deux pays au sujet du coronavirus, les négociateurs sino-américains se sont en effet engagés vendredi, lors d'un entretien téléphonique, à mettre en oeuvre leur accord commercial "de phase une".

Malgré un jour férié dans de nombreux pays, l'agenda s'annonce dense avec une visioconférence des ministres des Finances de la zone euro et un discours de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, lors d'une conférence de l'Institut universitaire européen.

Cette dernière est par ailleurs montée au créneau jeudi en prévenant qu'elle ne se laisserait pas démonter par les critiques cette semaine de la cour suprême allemande à l'encontre de sa politique de soutien maximal à la zone euro.

Pour les indicateurs, en attendant les chiffres d'emploi aux Etats-Unis, l'Allemagne a publié ceux de son commerce extérieur en mars, marqué par une chute conséquente des exportations.