La Bourse de Paris cherchait une direction (-0,04 %) à l'ouverture, reprenant son souffle au lendemain d'une forte progression tirée par les secteurs les plus sensibles au redémarrage de l'économie alors que le plan de relance américain doit être promulgué dans la semaine.

A 09H29 (08H29 GMT), l'indice parisien s'érodait de 2,42 points à 5 900,57 points. La veille, il avait terminé en forte hausse de 2,08 %, franchissant le seuil des 5 900 points pour la première fois depuis fin février 2020.

"La thématique du retour de l'inflation va rester centrale cette semaine encore. Après une pause, les anticipations d'inflation remontent aux Etats-Unis, avec des taux réels qui sont poussés à la hausse par des perspectives de croissance très forte", note Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

Après avoir atteint jusqu'à 1,62 % en séance vendredi, le taux américain à dix ans, très surveillé, a terminé autour de 1,59% lundi. Il se détendait dans les premiers échanges ce mardi.

Le fait que "le rendement à dix ans (américain) soit redescendu de son plus haut en près de treize mois a aidé les indices actions à monter", commente pour sa part David Madden, un analyste de CMC Markets.

La tendance était également baissière à la Bourse de Bruxelles, où le BEL 20 perdait d'entrée 0,55 %. Egalement à la baisse, la Bourse de Francfort réalisait un départ à peine meilleur, le DAX cédant 0,28 %. Seul la Bourse de Londres parvenait à démarrer dans le vert, le FSTE-100 grappillant 0,10 %.