Les places boursières européennes entament cette nouvelle semaine les yeux rivés vers la situation politique italienne.

La Bourse de Paris a ouvert en légère hausse ce lundi matin, dans une actualité qui devrait être dominée par la crise politique en Italie et les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. "Les indices européens devraient ouvrir sans réelle tendance ce matin, (le marché) regardant avec inquiétude la décomposition du gouvernement italien et l'effondrement des rendements gouvernementaux dans la majeure partie des pays du globe", estimait peu avant le début de journée dans une note, les analystes de Mirabaud Securities Genève.

Outre-Manche, la Bourse de Londres montait pour sa part nettement de 0,92% lundi en début de séance, soutenue par des achats à bon compte après la chute de la semaine dernière et aidée aussi par la faiblesse de la livre.

A Francfort, le Dax évoluait lundi en hausse (+1,16%), dans la lignée du rebond des places en Asie et malgré une actualité dominée par la crise politique en Italie et les tensions commerciales sino-américaines.

Semaine décisive 

L'Italie entame ce lundi une semaine décisive pour l'avenir du gouvernement de Giuseppe Conte, à l'agonie depuis que le chef de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini a décrété sa mise à mort jeudi.

L'homme fort du gouvernement italien Matteo Salvini a maintenu samedi sa pression pour obtenir des élections anticipées, multipliant meetings et selfies, après avoir mis à mort la coalition au pouvoir, mais des résistances au vote émergent face au risque d'instabilité de la troisième économie de la zone euro.

"Si les investisseurs se sont habitués aux chocs politiques ces dernières années (Brexit, montée du populisme, élection de Donald Trump), il est probable que cette énième tension politique italienne aura un impact (...) sur plusieurs actifs financiers en zone euro et pourrait inciter la BCE à intervenir le plus rapidement possible", selon Mirabaud Securities Genève.

Tensions sino-américaines

A ce sujet majeur s'ajoute la guerre commerciale, qui s'est intensifiée ces derniers jours. Donald Trump a averti que les Etats-Unis n'étaient "pas prêts" à conclure un accord commercial avec la Chine, évoquant même une possible annulation du round de discussions prévues en septembre à Washington.

Une escalade des tarifs douaniers dans le bras de fer commercial entre la Chine et les Etats-Unis risque d'entamer considérablement la croissance économique chinoise, a affirmé pour sa part le FMI vendredi.

Du côté des indicateurs, le marché prendra connaissance aux Etats-Unis du rapport de l'USDA (ministère américain de l'Agriculture) sur les marchés agricoles ainsi que du solde du budget fédéral pour le mois de juillet.