La Bourse de Paris continuait de progresser, à l'orée d'une séance qui s'annonce calme faute d'actualité majeure et tandis que l'anticipation d'une reprise forte aux Etats-Unis fait de plus en plus ressurgir les craintes inflationnistes.

A 09H36, l'indice CAC 40 prenait 0,27 %, soit 17,23 points, à 6 325,13 points. La veille, il avait fini en progression de 0,61 %.

"A part quelques statistiques américaines cet après-midi, la séance du jour s'annonce calme", note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Après la publication d'un très robuste PIB de 6,4 % aux Etats-Unis de janvier à mars, l'attention des investisseurs semblait surtout focalisée sur la publication du rapport mensuel sur l'emploi américain de vendredi. En cas de chiffres dépassant les attentes, le marché pourrait se voir conforté dans ses anticipations d'une inflation plus forte et pérenne que ce que la Fed semble prévoir pour l'instant.

Le produit intérieur brut des Etats-Unis pourrait croître de 7 % en 2021, son rythme le plus rapide depuis le début des années 1980, a prévenu lundi le président de la Fed de New York, John Williams. Il a toutefois jugé "important de ne pas surréagir à (la) volatilité des prix résultant des circonstances uniques de la pandémie" au moment où certaines craintes inflationnistes refont surface.

"Même si la Réserve fédérale (Fed) insiste sur le fait que sa politique monétaire ultra-accommodante est exactement ce dont l'économie américaine a besoin en ce moment, les indicateurs macroéconomiques devraient bientôt mettre la Fed dans une position difficile", relève Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote.

La Bourse de Londres suivait l'exemple français, le FTSE-100 montant de 0,53 %. A l'inverse, la Bourse de Francfort laissait quelques plumes au démarrage, le DAX perdant 0,47 %. La Bourse de Bruxelles repassait sous les 4 000 points, le Bel 20 abandonnant 0,44 %.