La Bourse de Paris montait de 0,59% quelques minutes après une ouverture hésitante. L'indice CAC 40 prenait 32,28 points à 5.466,86 points vers 9H30 (8H30 GMT) au lendemain d'une clôture en forte hausse de 1,36%. Les places européennes démarraient de leur côté en ordre dispersé, Francfort prenant 0,62% tandis que Londres perdait 0,10%.

A la veille du réveillon de Noël, les investisseurs refusaient de se faire voler leur humeur positive, ignorant les menaces mardi du président américain de ne pas signer le plan de relance de quelque 900 milliards de dollars adopté la veille par le Congrès après des mois de blocage.

Il s'agit bien du "blocage du jour" selon John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud, alors que la paraphe du futur ex-président est indispensable mais que ce dernier a qualifié le texte de "honte", surtout concernant le montant jugé faible des chèques envoyés aux familles.

La Bourse de Francfort a ouvert en hausse, le Dax gagnant 0,68%, sur un marché conservant son optimisme avant Noël, malgré les incertitudes. A 8h22 GMT, l'indice vedette prenait 91,64 points à 13.509,75 points, tandis que le Mdax des valeurs moyennes gagnait 0,25% à 30.309,38 points.

L'optimisme du marché est stimulé par le lancement imminent des campagnes de vaccination contre le Covid-19 porte l'espoir de reprise économique prochaine, après l'autorisation de mise sur le marché du vaccin Pfizer/Biontech lundi.

Mais "les investisseurs gardent des sentiments mêlés", prévient Milan Cutkovic, analyste pour AXI. Les incertitudes demeurent en effet nombreuses, notamment concernant l'évolution de la nouvelle variante du Covid-19, qui prolifère au Royaume-Uni, ayant entraîné une suspension générale des liaisons entre le pays et ses voisins européens.

La Bourse de Londres reprenait son souffle, les investisseurs surveillant les développements autour de la pandémie de Covid-19 et de la réouverture des frontières avec plusieurs pays, tandis que la menace d'une sortie de l'UE sans accord de Brexit persiste. L'indice FTSE-100 des principales valeurs cédait 0,12% à 6.445,11 points vers 08H45 GMT. L'indice est en baisse de près de 15% sur l'année.

Les négociations sur le Brexit seront terminées, avec ou sans accord, d'ici le 31 décembre, a pronostiqué mercredi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, contredisant les déclarations la veille du négociateur européen Michel Barnier.

"Les discussions entre le Royaume-Uni et l'Union européennes sur un accord commercial continuent et ont mis la livre sous pression (mardi et mercredi). La pêche reste la pierre d'achoppement des négociations tandis que le temps presse à moins d'une semaine de la fin de la période de transition" post Brexit, a commenté David Madden, analyste de CMC Markets, dans une note.