La Bourse de Francfort a ouvert en hausse, le Dax gagnant 0,30 %, sur un marché en attente de l'investiture du nouveau président américain Joe Biden. A 8h06 GMT, l'indice vedette prenait 42,06 points à 13.857,12 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes gagnait 0,28% à 31.377,20 points.

Comme l'ensemble des bourses mondiales, la place financière allemande devrait être focalisée mercredi sur la cérémonie d'intronisation de Joe Biden à la Maison Blanche. "Les investisseurs ont encore en tête les images de la prise d'assaut du Capitole il y a deux semaines", remarque Andreas Lipkow, analyste pour Comdirect.

La situation sur le plan de la crise sanitaire liée au Covid-19 devrait également être scrutée par les acteurs du marchés. L'Allemagne a durci et prolongé jusqu'à mi février mardi son arsenal antiCovid, face à la crainte d'une propagation de nouveaux variants plus contagieux.

La Bourse de Paris a ouvert sur un rebond fragile (+0,30%) avant la prise de fonction de Joe Biden en tant que 46e président des Etats-Unis. A 09H00, l'indice parisien gagnait 16,8 points à 5.615,41 points, au lendemain d'un léger repli de 0,33%. 

Joe Biden a présenté la semaine dernière un gigantesque plan d'aide d'urgence à l'économie de 1 900 milliards de dollars, soit à peine moins que le plan d'un montant historique de 2 200 milliards de mars 2020.

La Bourse de Londres était presque stable (-0,06%), prudente sur les perspectives de reprise économique et dans l'attente de l'investiture dans la journée de Joe Biden à la Maison Blanche. Vers 08H30 GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs perdait 4,13 points à 6.708,82 points.

Les investisseurs vont tourner leur regard vers la cérémonie d'investiture de Joe Biden qui aura lieu juste après la clôture des marchés européens mercredi en fin de journée.

"Les investisseurs voudront avoir la confirmation de son plan budgétaire à 1 900 milliards de dollars et savoir quelles politiques de l'ère Trump il changera", souligne Naeem Aslam, analyste chez Avatrade.

Auditionnée mardi par le Sénat, la prochaine secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a appelé à "voir grand" dans la réponse à la crise économique provoquée par la pandémie, et à remettre donc à plus tard les préoccupations sur le déficit public.