Placements & Marchés Les principaux marchés européens ont ouvert en baisse ce mardi matin, dans la lignée de la veille. Au coeur des préoccupations, les tensions à Hong Kong, la crise politique italienne et la guerre commerciale sino-américaine.

Les Bourses de Paris, Londres, Francfort et Bruxelles ont connu un début de séance dans le rouge, conservant la même dynamique que lors de la journée de lundi.

"Les investisseurs restent sur la défensive alors que la saison des bilans se termine et que les données économiques n'offrent que peu de raisons d'être optimiste", notait Milan Cutkovic, analyste chez AxiTrader.

"Les inquiétudes liées au commerce sino-américain, au ralentissement de la croissance, au risque de récession dans la plus grande économie d'Europe, au Brexit, à la possibilité d'élections anticipées en Italie, aux troubles à Hong Kong, à la crise en Argentine et aux tensions dans le Golfe pourraient être maîtrisées", énumérait pour sa part Michael Hewson, analyste pour CMC Markets, avant de poursuivre : "Ce cocktail de risques ajouté à un contexte de banques centrales presque à court de munitions constitue la recette pour accroître la nervosité des investisseurs", poursuivait-il.

Inquiétude sur Hong Kong

A Hong Kong, bien que l'aérogare, le huitième aéroport international le plus fréquenté au monde, ait rouvert mardi, des centaines de vols demeuraient annulés et un nouveau rassemblement était prévu dans l'après-midi. Au quatrième jour de ce rassemblement inédit dans l'aéroport, le nombre de manifestants présents a connu lundi une très forte augmentation pour dépasser la barre des 5000 personnes unies dans la dénonciation des violences policières.

La cheffe de l'exécutif hongkongais - qui est désignée par Pékin - Carrie Lam a exclu toute concession et mis en garde mardi, à nouveau, contre les conséquences des contestations pour la région semi-autonome, une des capitales mondiales de la finance.

"L'ex-colonie britannique est une des places fortes mondiales du luxe puisqu'il pèse pour plus de 10% du marché mondial (du luxe). Mais c'est l'horlogerie qui risque d'en payer le plus fort tribut", soulignaient les experts de Mirabaud Securities Genève.

D'autres secteurs privés, tels que le tourisme, la distribution et l'immobilier commercial "devraient aussi être touchés de plein fouet par les manifestations", selon eux

Le point à 9h30 :

La Bourse de Londres perdait 0,20% mardi en début de séance, inquiète d'une série de crises dont la contestation à Hong Kong, la chute du peso argentin et les tensions commerciales

  • L'indice FTSE-100 des principales valeurs cédait 14,62 points à 7.212,10 points;

La Bourse de Paris restait méfiante (-0,39%) mardi matin, face aux risques qui s'accumulent de toutes parts.

  • L'indice CAC 40 cédait 20,57 points à 5.289,72 points. La veille, l'indice avait fini en léger repli (-0,33%);

A Francfort, la Bourse évoluait mardi en baisse (Dax: -0,31%), l'aversion au risque restant alimentée par les mêmes raisons que ses voisins européens.

  • L'indice vedette perdait 36,8 points, à 11.642,89 points. Le MDax des valeurs moyennes était lui en baisse de 0,54% à 25.112,99 points.