La Bourse de Paris progressait au-dessus des 6 000 points (+0,30%), renouant avec ses niveaux pré-pandémie à la faveur des espoirs de reprise suscités par l'adoption du plan de relance américain, et avant une réunion très attendue de la BCE.

Vers 09H38 (08H38 GMT), l'indice parisien gagnait 18,16 points à 6 008,71 points, un niveau qu'elle n'avait plus atteint depuis le 21 février 2020. La veille, l'indice avait progressé de 1,11 %, signant une troisième séance consécutive dans le vert.

"Les marchés ont trouvé plus de calme avec le tassement des pressions haussières sur les taux d'intérêt à long terme", relève Sebastian Paris Horvitz, analyste chez LBPAM.

"Néanmoins, les mois à venir devraient confirmer une forte accélération de la croissance avec l'ouverture des économies et les premiers effets de base violents sur les chiffres de l'inflation qui deviendront visibles. Ceci devrait probablement mettre une nouvelle pression sur les taux d'intérêt à long terme", complète-t-il.

Dans ce contexte, la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) ce jeudi sera au coeur des préoccupations du marché. Depuis la dernière réunion de l'institution de Francfort en janvier, le taux d'inflation a grimpé à 0,9% en janvier et février en zone euro, dépassant les attentes. Aussi le nouveau jeu de prévisions trimestrielles que la BCE doit annoncer sera-t-il surveillé de près.

"Les investisseurs n'attendent pas de nouvelles mesures de la part de la BCE, mais sa présidente Christine Lagarde devrait être interrogée pendant la conférence de presse sur la hausse des rendements obligataires et les mesures qui pourraient être prises si jamais celle-ci devait se poursuivre", souligne Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

La Bourse de Londres enregistrait également une légère poussée, le FTSE-100 s'appréciant de 0,13 %. La Bourse de Francfort ouvrait pour sa part à l'équilibre, le DAX se cherchant encore une direction (-0,03 %). 

Les nouvelles étaient moins réjouissantes à la Bourse de Bruxelles. Dans une journée peu commune marquée par deux changements au sein de ses membres, le BEL 20 perdait d'entrée 0,56 %.