Début de séance calme ce lundi sur les marchés, après la difficile semaine passée, entre tensions commerciales et inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis.

"Un début de semaine relativement calme est plaisant pour les investisseurs", souligne Craig Erlam, analyste chez Oanda, après des dernières séances agitées en raison des craintes de récession de grandes puissances économiques et de l'impact du conflit commercial sino-américain.

"Le fait que Trump et la Chine continuent de se parler apporte un certain optimisme aux marchés, même si les Etats-Unis ne sont pas prêts à un accord dans l'immédiat", observe Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

Washington et Pékin tentent activement de remettre sur les rails les négociations pour mettre un terme à la guerre commerciale qui les oppose, a expliqué dimanche le principal conseiller économique de Donald Trump.

Les marchés financiers scrutent la moindre information sur le sujet et y réagissent fortement, tourmentés par toute une série de signes d'un fort ralentissement de l'économie mondiale, notamment dû à la guerre commerciale.

Stimulus

En outre, "les espoirs de mesures de stimulus de plusieurs pays de la planète contribuent à dynamiser l'humeur des marchés", ajoute M. Lawler. Les efforts de la Chine visant à "réduire les coûts de financement des entreprises afin de renforcer une croissance au ralenti, la promesse d'augmenter les dépenses en Allemagne en cas de récession et la perspective de nouvelles réductions d'impôts aux Etats-Unis contribuent à égayer les marchés".

"L'Allemagne, par l'intermédiaire de son ministre des Finances, a suggéré qu'elle pourrait débloquer une enveloppe de 50 milliards d'euros en cas de crise économique", précise de son côté Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC.

Par ailleurs, le président américain Donald Trump a prévenu dimanche la Chine qu'une répression des manifestations de Hong Kong similaire à l'écrasement du mouvement de la place Tiananmen compromettrait la conclusion d'un accord commercial sino-américain. A Hong Kong, plus de 1,7 million de manifestants pro-démocratie ont défilé dimanche, la plus forte mobilisation depuis des semaines.

Déficit commercial japonais et incertitudes argentines

Sur le plan des statistiques macroéconomiques, le Japon a enregistré un déficit commercial en juillet, sous l'effet d'une nouvelle baisse de ses exportations, surtout à destination de l'Asie et principalement de la Chine, sur fond du ralentissement de l'économie mondiale et de la guerre commerciale sino-américaine.

La note de la dette souveraine de l'Argentine a été abaissée par les agences Fitch et S and P Global Ratings, en raison des incertitudes qui entourent les réformes économiques mises en place par le président, Mauricio Macri. Le ministre argentin des Finances Nicolas Dujovne a démissionné samedi, selon les médias, au terme d'une semaine de turbulences sur les marchés qui a vu le peso perdre plus de 20% de sa valeur et la Bourse plonger de plus de 30%.