Les principales places boursières européennes ont ouvert en baisse ce vendredi, toujours minées par l'incertitude sur la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

  • La Bourse de Paris reculait vendredi (-0,30%) matin dans l'attente de nouvelles informations sur les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, qui inspirent la prudence des investisseurs, faisant repasser l'indice CAC 40 sous les 5.900 points.

A l'ouverture, il perdait 17,4 points à 5.895,26 points. La veille, il avait fini en léger recul (-0,24%).

Les marchés américains, qui étaient fermés jeudi pour la fête du Thanksgiving, ne rouvriront que pour une séance raccourcie en raison du Black Friday, coup d'envoi de la saison d'achats de fin d'année.

Dans ces circonstances, la place parisienne devrait tourner au ralenti, d'autant que cette séance est la dernière du mois.

"Le manque d'informations concernant les avancées commerciales entre Washington et Pékin est un sujet de préoccupation des investisseurs", estiment les experts de Mirabaud Securities Genève (MSG).

Par ailleurs, "les contre-mesures du gouvernement chinois se font toujours attendre après que Donald Trump a signé une loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong", soulignent-ils.

Le président américain Donald Trump a promulgué la loi soutenant les manifestations pro-démocratie à Hong Kong, ce qui a provoqué l'ire de la Chine qui a menacé de prendre des représailles, sans passer à l'acte pour l'instant.

Les investisseurs, qui attendent comme le Messie la conclusion d'un accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, craignent que la promulgation de cette loi pro-démocratie Hong Kong ne vienne perturber la finalisation des négociations commerciales entre les deux premières puissances économiques mondiales en vue d'un accord de première étape.

Les indices européens ont fini en léger reflux jeudi dans le sillage d'une résurgence des tensions politiques entre Washington et Pékin.

"Si les investisseurs soupçonnent que l'accord commercial est réellement menacé, une chute importante des marchés pourrait être envisagée en décembre. Pour l'instant, les investisseurs adoptent une approche attentiste", explique dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

  • La Bourse de Francfort évoluait vendredi en baisse, le Dax cédant 0,49%, observant avec craintes et impatience la situation à Hong Kong et son influence sur le conflit commercial.

A l'ouverture, l'indice vedette reculait de 65,51 points, à 13.180,07 points. Le MDax des valeurs moyennes était en baisse de 0,39% à 27.398,37 points.

"Les manifestations à Hong Kong inquiètent les investisseurs", note Andreas Lipkow, analyste chez Comdirect. "Cela pourrait sensiblement troubler Les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine."

D'autant plus que "les négociations durent depuis des mois, et on ne voit pas d'avancées", ajoute-t-il.

Dans ce contexte, 'les investisseurs devraient se retenir jusqu'à ce qu'ils puissent mieux évaluer l'impact" sur le dossier commercial du mouvement social et de la loi américaine soutenant les manifestants qui en a découlé, indique Milan Cutkovic, analyste chez AxiTrader.

  • La Bourse de Londres a ouvert en légère baisse vendredi dans un marché calme en l'absence d'annonces significatives, l'action d'Ocado s'envolant pour sa part à la suite d'un partenariat au Japon.

L'indice FTSE 100 des principales valeurs cédait 0,17% à 7.404,18 points, avec des mouvements dans l'ensemble très limités sur l'essentiel de la cote.

Le marché est "faible ce matin, dans la foulée de l'Asie et en l'absence de toute nouvelle sur le commerce, de statistique ou de résultat" d'entreprise notable, constatait Neil Wilson, analyste du site Market.Com.

Le "Black Friday", le vendredi suivant la fête américaine de Thanksgiving, et devenu l'une des plus grosses journées de l'année dans beaucoup de pays du monde pour le secteur de la distribution, y compris au Royaume-Uni où il sera suivi par les économistes.