Après Paris, Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne et Oslo, Euronext a finalisé l'acquisition de Borsa Italiana auprès du London Stock Exchange (LSE) pour 4,44 milliards d'euros, a-t-il indiqué jeudi à l'occasion de la publication de ses résultats au premier trimestre.

"Avec la finalisation de l'acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext concrétise son ambition de construire la première infrastructure de marché paneuropéenne", s'est réjoui le directeur général d'Euronext, Stéphane Boujnah, cité dans un communiqué. "Cette opération renforce le profil d'Euronext et améliore ses perspectives stratégiques de croissance future", a-t-il ajouté.

L'opérateur boursier a également annoncé dans la foulée le lancement d'une augmentation de capital de 1,8 milliard d'euros, destinée à financer en partie ce rachat.

Euronext va proposer 30,5 millions d'actions au prix de 59,65 euros. Les actionnaires pourront souscrire à deux nouvelles actions, pour 5 actions détenues.

Performances solides

L'agence de notation S&P a baissé la note d'Euronext à "BBB", la situation financière du groupe s'étant fortement dégradée à la suite de l'opération. Cette note ne devrait toutefois pas évoluer dans les mois à venir car les performances solides d'Euronext devraient lui permettre de réduire sa dette, estime S&P Global Ratings.

L'augmentation de capital s'inscrit dans un plan de financement d'environ 2,4 milliards d'euros qui inclut un placement privé de près de 600 millions d'euros de la Caisse des dépôts italienne et de la banque italienne Intesa Sanpaolo, désormais actionnaires à hauteur respectivement de 7,31 % et de 1,31 % du capital d'Euronext.

La Bourse italienne sera à l'avenir le principal contributeur au chiffre d'affaires du groupe. Euronext a également publié jeudi des résultats trimestriels en hausse. Il a enregistré un bénéfice net de 98,2 millions d'euros, en progression de 2,2 % par rapport au même trimestre l'an dernier.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 5,2 % à 249,2 millions d'euros, tiré notamment par l'intégration de certaines acquisitions, malgré une volatilité et des volumes plus faibles que l'an dernier.

La Commission européenne avait approuvé le rachat de la Bourse italienne par Euronext en février. Ce dernier avait conclu un accord en octobre 2020 avec l'opérateur de la Bourse de Londres LSE pour lui racheter la Bourse de Milan pour 4,33 milliards d'euros, à l'issue d'une bataille avec d'autres opérateurs.