La Belgique est un des vingt pays au monde qui participe le plus à la course à l'allègement des impôts sur les sociétés, selon une enquête publiée lundi par l'ONG Oxfam. 

De cette manière, des millions de dollars nécessaires à la lutte contre la pauvreté n'ont pas pu être mobilisés. Selon cette enquête, les Bermudes, les Îles Caïman et les Pays-Bas trônent en tête du classement des pays ayant joué "un rôle important pour diminuer les impôts des sociétés". La Belgique oscille entre la 15e et la 20e place de ce classement (aucune place précise n'a été attribuée au-delà de la 15e place).

"Il n'y a aucun gagnant dans cette course", estime Esmé Berkhout, expert chez Oxfam. "Les gens ordinaires, en particulier les plus faibles, paient le prix de cette compétition téméraire."

Dans son enquête, Oxfam a pris en considération les pays menant une "politique fiscale dommageable" avec des "stimulants injustes et contre-productifs". L'ONG dit également constater un manque de collaboration "avec les processus internationaux de lutte contre l'évasion fiscale." Selon M. Berkhout, ces paradis fiscaux aident "chaque année les grandes entreprises à voler des millions de dollars à d'autres pays."

Ces paradis fiscaux ne constituent pas le seul et unique problème: "il existe au niveau mondial une course vers le bas ("race to the bottom") en matière de taxation des sociétés", estime Oxfam.

Ainsi, il y a 25 ans, les taxes s'élevaient en moyenne à 40% au sein des pays membres du G-20. Aujourd'hui, cette moyenne est tombée à moins de 30%. Selon Oxfam, ces mesures ont encouragé l'utilisation de "stimulants contre-productifs et inutiles."

Très souvent, les mesures de réduction de la taxation des sociétés s'accompagnent d'une hausse de la TVA, affectant de manière disproportionnée les plus pauvres, dénonce encore l'ONG.

Oxfam appelle les gouvernements à cesser cette course à l'impôt des sociétés le plus bas.