En 2018, la Belgique est passée de la 3e à la 11e place pour l'attractivité des talents selon une étude de l'école de commerce suisse IMD, relayée par le cabinet de recrutement Robert Half. 

La Suisse se classe première du "World Talent Ranking" de l'IMD Business School. Ce classement rassemble les pays les plus attractifs pour les talents professionnels selon trois critères: investissements et développement, attractivité et efficacité de l'enseignement. Parmi les voisins de la Belgique, les Pays-Bas sont 5e, le Luxembourg occupe la 9e place et l'Allemagne est 10e.

"La Belgique qui était 3e l'an dernier occupe désormais la 11e place. Le pays a en effet perdu 6 points dans le domaine des investissements et du développement où il se classe 8e. La Belgique conserve toutefois des atouts: ratio d'élèves par enseignant dans l'enseignement secondaire, dépenses publiques consacrées à l'enseignement et nombre de managers compétents dans le pays. Le pays figure en 16e position en ce qui concerne l'attractivité et à la 14e place au niveau de la préparation au marché du travail", explique le rapport.

Après leurs études, les Belges ne sont pas de fervents amateurs de formation continue puisque seulement 9,7% de la population continue de se former. Ce chiffre est beaucoup plus élevé chez les Français et Néerlandais où la formation continue concerne plus de 20 % des travailleurs.

"L'automatisation grandissante opère un glissement dans les profils recherchés. Si des processus automatisés peuvent se substituer à certaines tâches, ils ne mènent cependant pas nécessairement à des pertes d'emplois, contrairement à ce que l'on croit souvent. En revanche, il nous faudra tous nous réorienter et nous adapter", explique encore Joël Poilvache, de Robert Half.