La Bourse de Hong Kong a plongé vendredi de plus de 4% lors de la première séance après que la Chine a annoncé son projet d'introduire une loi sur la "sécurité nationale" dans le territoire semi-autonome, faisant craindre de nouvelles tensions.

A mi-séance, l'indice Hang Seng avait chuté de 1,119.92 points (4,61%) à 23.160,11 points.

Le parlement chinois est saisi d'une loi sur la "sécurité nationale" destinée au territoire semi-autonome de Hong Kong, secoué l'an dernier par un immense mouvement de protestation pro-démorcatie.

Le projet de loi, qui sera déposé vendredi, entend renforcer les "mécanismes d'application" en matière de "protection de la sécurité nationale" dans l'ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997.

Washington a aussitôt mis en garde Pékin contre une loi "très déstabilisatrice".

La Bourse de Tokyo ouvre quasi stable, le regard braqué sur Pékin

La Bourse de Tokyo démarrait vendredi autour de l'équilibre, prudente après le repli de Wall Street la veille, et les investisseurs s'apprêtaient à suivre les discours des dirigeants à l'occasion de la réunion annuelle de l'Assemblée nationale populaire à Pékin.

L'indice vedette Nikkei avançait d'à peine 0,09% à 20.570,30 points après 01H00 GMT, tandis que l'indice élargi Topix stagnait (-0,03%) à 1.490,80 points.

Wall Street a fini jeudi dans le rouge, alors que la recrudescence des tensions sino-américaines pèse lourd sur le moral des investisseurs.

Jeudi, Pékin a menacé Washington de "rétorsion" si le Congrès américain adoptait des sanctions contre la Chine pour sa responsabilité supposée dans la pandémie de Covid-19.

Des messages des dirigeants chinois sur la crise du coronavirus et l'économie sont très attendus lors de la session plénière annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP), alors que la Chine vient de subir un recul inédit de son produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre.

Du côté des valeurs

Les secteurs d'activité étaient partagés sur le Nikkei, la moitié en hausse, l'autre en baisse. Les télécoms étaient en tête, tandis que l'agroalimentaire était le plus dans le rouge.

SOFTBANK GROUP: le géant des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group gagnait 3,12% à 4.620 yens, après avoir annoncé la vente de 5% de ses parts dans sa filiale japonaise de téléphonie mobile SoftBank Corp (-3,23% à 1.330,5 yens), pour 310,2 milliards de yens (2,6 milliards d'euros).

Sous pression en raison de pertes record en 2019/20, SoftBank Group a annoncé en mars un énorme programme de cessions d'actifs sur 12 mois pour 4.500 milliards de yens (38 milliards d'euros), afin de réduire son endettement, financer d'importants rachats de ses propres actions et renforcer sa trésorerie.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen baissait légèrement face au dollar vers 01H00 GMT, à raison d'un dollar pour 107,69 yens contre 107,61 yens jeudi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise perdait aussi un peu de terrain face à l'euro, qui valait 117,91 yens contre 117,84 yens la veille.

La monnaie européenne était quasi inchangée face au dollar: un euro s'échangeait pour 1,0947 dollar, contre 1,0950 dollar jeudi à 21H00 GMT.

Le pétrole était en légère hausse, poursuivant ses gains de la veille: vers 00H50 GMT le prix du baril de brut américain gagnait 0,18% à 33,98 dollars et celui du baril de Brent londonien prenait 0,39% à 36,20 dollars.