La Bourse de New York a entamé la séance de dans le vert, portée par les résultats solides de plusieurs entreprises cotées et des indicateurs rassurants pour l'économie américaine.

Vers 13H55 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'appréciait de 0,63 % à 33 942,21 points. Le Nasdaq, qui s'est affaissé mercredi, montait de 1,07 % à 14 006,68 points et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,67 % à 4 152,45 points.

"Les différents secteurs de la Bourse américaine progressent ce matin, cette hausse étant nourrie par une avalanche de résultats et de données économiques", notent les experts de Charles Schwab.

Après JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Wells Fargo mercredi, Bank of America et Citigroup ont livré leurs profits et chiffres d'affaires trimestriels avant l'ouverture de Wall Street.

Le bénéfice net de Bank of America a doublé et celui de Citigroup a triplé grâce à la réduction des réserves mises de côté par les deux banques pendant la pandémie.

L'action de Citigroup montait de 0,27 % tandis que celle de Bank of America reculait de 3,23 %.

Le chômage au plus bas aux Etats-Unis

BlackRock (+2,32 %), le premier gestionnaire d'actifs au monde, a pour sa part dépassé au premier trimestre les 9 000 milliards d'actifs sous gestion et fait part de résultats globalement supérieurs aux attentes.

De son côté, le géant américain des sodas et des snacks PepsiCo (+0,23 %) a affiché des revenus en forte hausse entre janvier et mars, profitant notamment des bonnes ventes de ses marques de chips.

Les résultats de la compagnie aérienne Delta Airlines (-2,74 %) ont à nouveau été affectés par les conséquences de la pandémie de Covid-19, mais le groupe s'est montré optimiste sur la reprise du trafic aérien à la faveur des campagnes de vaccination.

Au rang des indicateurs, les nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis sont tombées au plus bas depuis le début de la crise économique en mars 2020, passant sous la barre des 600 000, selon les données du département du Travail.

Les ventes au détail dans le pays ont elles rebondi bien plus que prévu en mars (+9,8 %), stimulées par la distribution des chèques du gouvernement aux ménages, l'assouplissement des restrictions contre le Covid-19 et la hausse des températures, a annoncé le département du Commerce.

Quant à la production industrielle, elle est repartie en petite hausse en mars (+1,4 %), portée par la production minière après avoir été pénalisée par la vague de froid polaire en février, selon un indice de la Réserve fédérale. Le niveau général reste toutefois inférieur à celui d'avant la crise.

Les activités manufacturières de la région de New York et de Philadelphie ont chacune atteint un plus haut depuis plusieurs années, selon des données publiées jeudi.