La Bourse de New York débutait la séance en forte baisse mercredi, toujours inquiète de l'inflation et de ses conséquences sur la politique monétaire de la Fed tandis que le bitcoin plongeait. Vers 14H00 GMT, le Dow Jones lâchait 1,27 %, le Nasdaq perdait 1,14 % et le S&P 500 abandonnait 1,24 %.

Le bitcoin, qui il y a moins de deux semaines encore naviguait autour des 60.000 dollars, fondait mercredi de 20 % à 35.097 dollars. La plus populaire des cryptomonnaies souffrait des commentaires de fédérations bancaires chinoises estimant que ces devises "ne sont pas de vraies monnaies".

La veille à Wall Street, pour la 2e séance d'affilée, les principaux indices de la place new-yorkaise avaient reculé.

Le Dow Jones avait perdu 0,78 % à 34.060,66 points, le Nasdaq, à forte coloration technologique, avait lâché 0,56 % à 13.303,64 points et l'indice élargi S&P 500 avait abandonné 0,85 % à 4.127,83 points.

"Le bitcoin plonge et secoue le marché"

"On assiste à une liquidation majeure à tous les niveaux", a commenté pour l'AFP Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. "Le bitcoin plonge et secoue le marché. L'or remonte, on dirait que les investisseurs essayent de trouver refuge dans des actifs traditionnels de couverture", a-t-il ajouté.

Pour les analystes de Schwab, "les marchés restent entravés par l'incertitude concernant les implications de la hausse des pressions inflationnistes sur les politiques monétaires et les taux d'intérêt très bas".

Les investisseurs vont focaliser mercredi leur attention sur le compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la Banque centrale américaine (Fed), qui assure que l'inflation qui commence à se manifester est transitoire. Les rendements sur les bons du Trésor à dix ans grimpaient à 1,6427 % contre 1,6369 % la veille.

Les groupes américains de distribution Target (+3,45 %) et Lowes (-1,48 %) ont annoncé mercredi des résultats meilleurs que prévus.

Mais la baisse des titres était quasi-générale. Les onze secteurs du S&P étaient dans le rouge, à commencer par l'énergie (-2,54 %), les produits de grande consommation (-1,98 %), les groupes industriels (-1,75 %) et les technologies de l'information (-1,53 %).

Même les titres des fabricants de vaccins plongeaient comme Pfizer (-1,05 %), Moderna (-1,72 %) ou BioNTech (-3,2 %).