La Bourse de New York baissait légèrement en début de séance alors que le taux sur les bons du Trésor américain à 10 ans repartait de l'avant, mettant sous pression plusieurs secteurs boursiers, dont celui des technologies.

Vers 15H00 GMT, l'indice des valeurs vedettes Dow Jones reculait de 0,08 % à 31.533,34 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 0,92 % à 13.341.03 points et l'indice élargi S&P 500 cédait 0,30 % à 3.869,67 points.

Le rendement obligataire à 10 ans grimpait, pour sa part, à 1,4149 % contre 1,3416 % la veille.

Mardi, les grands indices new-yorkais avaient effacé leurs pertes en cours de séance, le Dow Jones et le S&P terminant même dans le vert, après des propos du patron de la Réserve fédérale (Fed) face à des parlementaires américains.

Jerome Powell a assuré que la Fed maintiendrait ses taux bas tant que l'inflation ne dépasserait pas durablement 2 % aux Etats-Unis et que l'économie américaine ne serait pas proche du plein emploi. Ces déclarations ont fait reculer le taux à 10 ans et redonné le sourire à la Bourse américaine. Mais ce mouvement semblait s'inverser ce mercredi.

"Un léger accès de colère"

"Il s'agit peut-être d'un léger accès de colère des partisans des obligations, qui ne partagent pas nécessairement la vision insouciante de M. Powell sur les perspectives d'inflation", note Patrick O'Hare de Briefing. "Cela pourrait devenir une épine dans le pied de la Fed si le marché se met à penser et à agir de son propre chef".

M. Powell s'exprime également ce mercredi face à des élus de la Chambre des Représentants.

La remontée des rendements obligataires, qui fait craindre des entraves à la croissance des entreprises et à leur capacité d'emprunter, touchait en particulier le secteur de la tech. Apple (-2,29 %), Amazon (-1,81 %) et Facebook (-2,37 %) avaient du plomb dans l'aile en début de séance.

En revanche, Tesla (+0,93 %), qui reste sur quatre séances de baisse consécutives, rebondissait.

Selon Bloomberg, le fonds indiciel Ark de l'investisseuse Catherine Wood a récemment acheté plus de 240.000 actions du constructeur de véhicules électriques.

La confirmation mercredi par L'Agence américaine des médicaments (FDA) de l'efficacité du vaccin unidose contre le Covid-19 de Johnson & Johnson n'a pas particulièrement ému le marché, le géant pharmaceutique ayant précédemment communiqué des données similaires.

Le titre de J&J progressait toutefois de 0,67 %.