La Bourse de New York reculait mardi matin, après une séance plutôt solide la veille, alors que le marché continuait de digérer de nombreux résultats trimestriels et des indicateurs américains.

Vers 14H00 GMT, le Nasdaq, à forte coloration technologique, accusait la plus lourde perte en baissant de 1,79 % à 13.543,25 points. Le Dow Jones Industrial Average perdait 0,72 % à 33.869,23 points et l'indice élargi S&P 500 cédait 1,00 % à 4.150,76 points.

"Après avoir grimpé en amont de la saison des résultats, la Bourse fait du surplace depuis deux semaines", note JJ Kinahan de TD Ameritrade.

"Telle est la situation malgré des résultats au premier trimestre jusqu'à présent extraordinaires pour les entreprises cotées au S&P 500 avec une hausse moyenne de plus de 40% du bénéfice par action", poursuit l'expert.

Prévisions de Pfizer

Avant l'ouverture de mardi, le groupe pharmaceutique américain Pfizer a indiqué qu'il s'attendait à vendre en 2021 pour 26 milliards de dollars de son vaccin anti-Covid développé en partenariat avec BioNTech, une prévision nettement relevée à la faveur des campagnes de vaccination qui s'accélèrent à travers le monde. Le chiffre d'affaires et le bénéfice net du groupe se sont également envolés au premier trimestre, mais son titre baissait de 0,33 % dans les premiers échanges.

La chaîne de pharmacies CVS Health a, de son côté, fait part de ventes trimestrielles solides, notamment en raison de la forte fréquentation de ses enseignes transformées en sites de vaccination. Son action montait de 2,37 %.

L'équipementier sportif Under Armour gagnait 0,58 % après avoir dépassé les attentes du marché au premier trimestre. Le groupe a par ailleurs indiqué lundi soir avoir payé 9 millions de dollars pour régler un différend avec le gendarme boursier américain, qui l'accuse de fraude comptable.

Parmi les grands noms de Wall Street dont les résultats sont encore attendus, le constructeur automobile General Motors (GM) et la plateforme de réservation de voitures avec chauffeur et de livraison de repas Uber se plieront à cet exercice ce mercredi.

Au rang des indicateurs, le déficit commercial des Etats-Unis s'est encore creusé en mars, atteignant un nouveau plus haut historique, à 74,4 milliards de dollars, sous l'effet d'une reprise rapide, a annoncé mardi le département du Commerce.

En fin de semaine, les acteurs du marché prendront connaissance du taux de chômage et du niveau de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois d'avril. Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait de 2,47 %, à 1,57 %.