Les bourses européennes tentent de se stabiliser après une séance désastreuse la veille, dans un contexte de crainte de récession mondiale en raison de la pandémie de coronavirus.

Les marchés financiers sont clairement entrés dans une phase de grande incertitude. Les mesures dévoilées hier soir en Belgique montrent que de facto, une grande partie du tissu économique est désormais à l'arrêt ou en sommeil pour quelques semaines, jusqu'au moment où le pic épidémique sera dépassé. Mais, du côté des analystes financiers et des gestionnaires, on ne chômera pas. Les banquiers privés sont assaillis d'appels de clients inquiets, ils doivent les rassurer. Trop tard pour vendre? L'histoire montre que les rebonds sont souvent rapides. Mais ici, on pourra mesurer l'intensité de la crise au jour le jour.

Et la forte secousse d'hier a raboté les marchés d'actions indistinctement, et certaines valeurs injustement laminées sont désormais vraiment très bon marché. Même si le courant baissier se maintient et pèse sur ces dernières, il devient intéressant de les acheter. On devrait donc assister à des hausses marquées sur des valeurs à haut dividende, ou celles dont les affaires sont décorrélées de la crise actuelle. Frank Vranken, stratégiste chez Puilaetco, évoque effectivement des entreprises généreuses en dividende, des banques solides, de entreprises du secteur du luxe, et les valeurs immobilières. Ces dernières ont d'ailleurs bien résisté à la tempête d'hier. Il rappelle aussi que si les indices ont perdu 30% depuis le début de la crise, ils devront remonter de 40% pour revenir au sommet... A Bruxelles 19 entreprises de l'indice Bel 20 sont en forte reprise ce vendredi. UCB est l'exception du jour en raison d'une mauvaise nouvelle à propos d'une étude en Phase 2 d'une molécule liée au traitement de l'épilepsie. 

Enfin, il y a les incitants, les soutiens à l'économie qui sont mis en place. Aux États-Unis, selon Volker Schmidt (gestionnaire de portefeuilles chez Ethenea), il y a de fortes chances que la Réserve fédérale américaine réduise à nouveau ses taux de référence de 0,50% lors de sa prochaine réunion.

Une fin de semaine un peu plus douce en vue pour les investisseurs? A New York, les futures sur indices sont en hausse de 4% en moyenne. L'Europe semble accélérer sa reprise.

© AFP

La Bourse Bruxelles a ouvert dans le vert avec +3 %.

La Bourse de Paris a nettement rebondi vendredi à l'ouverture (+4,70%). A 9h, l'indice CAC 40 prenait 190,11 points à 4.234,37 points. La veille, il avait connu la chute la plus forte de son histoire, clôturant à -12,28% à 4.044,26 points.

La Bourse de Londres rebondissait de plus de 6% vendredi dans les premiers échanges, après avoir subi la veille sa pire séance depuis 1987. Vers 8h GMT, l'indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 6,23% à 5.563,44 points. Le marché accuse toutefois un plongeon de plus de 14% depuis le début de la semaine et de plus de 26% depuis le 1er janvier.

La Bourse de Francfort rebondit de plus de 3%.

Le prix du pétrole rebondit de 4% après de premiers échanges en baisse ce vendredi.