La Bourse de Tokyo a ainsi résisté à la déprime persistante de Wall Street, dont les valeurs technologiques ont de nouveau plié vendredi.

Au-delà de l'allègement des restrictions à Tokyo face au coronavirus, les investisseurs ont aussi surfé sur la perspective de la victoire de Yoshihide Suga lors de l'élection interne du Parti libéral-démocrate (PLD) organisée lundi.

Peu après la clôture de Tokyo, M. Suga a été élu à une écrasante majorité (377 voix sur 534) nouveau chef du PLD, ce qui lui ouvre grand l'accès à la fonction de Premier ministre à l'issue d'un vote au Parlement mercredi.

Selon des spéculations persistantes, le nouveau Premier ministre pourrait organiser par la suite des élections législatives anticipées, afin d'asseoir sa légitimité et allonger la durée de son mandat au-delà de septembre 2021, qui devait initialement marquer la fin de celui de M. Abe.

Une telle élection, convoquée "tant que le gouvernement Abe est toujours populaire dans l'opinion, serait un facteur positif pour les valeurs japonaises", a estimé l'analyste du Tokai Tokyo Research Institute Shoji Hirakawa, cité par l'agence Bloomberg.

En tant que bras droit de M. Abe, M. Suga a de quoi rassurer les investisseurs. Il a dit à maintes reprises qu'il entendait poursuivre la politique économique de Shinzo Abe, généreuse pour les grandes entreprises et les marchés financiers.

Peu avant 07H00 GMT (09H00, à Bruxelles) le yen s'appréciait légèrement face au dollar, à raison d'un dollar pour 106,04 yens contre 106,16 yens vendredi à 21H00 GMT. La monnaie japonaise se renforçait aussi face à l'euro, lequel s'échangeait pour 125,61 yens contre 125,76 yens vendredi.

Les cours du pétrole étaient légèrement dans le vert, après une semaine écoulée très mouvementée, alors que le niveau de la demande, toujours minée par la pandémie, continue d'inquiéter les investisseurs. Vers 06H50 GMT le prix du baril de brut américain WTI montait de 0,27% à 37,43 dollars pendant que celui du baril de Brent de la mer du Nord gagnait 0,08% à 39,86 dollars.