Le marché tokyoïte paraissait toutefois un peu à court d'énergie, au lendemain d'une forte hausse qui prolongeait la tendance prévalant depuis le début du mois. L'indice vedette Nikkei s'est apprécié de 0,42% à 26.014,62 points et le Topix a pris 0,16% à 1.734,66 points.

C'est la première fois depuis 1991 que le Nikkei repasse au-dessus du cap symbolique des 26.000 points. Cependant l'indice évolue déjà depuis dix jours à ses plus hauts niveaux en 29 ans.

"A court terme, il est possible que nous assistions à un ajustement" à la baisse de la Bourse de Tokyo, a prévenu mardi Okasan Online Securities dans une note, évoquant une possible "surchauffe".

Car en attendant les vaccins, la pandémie de Covid-19 continue de faire rage en Europe et aux Etats-Unis notamment, où plusieurs Etats et grandes métropoles ont réintroduit des restrictions ces derniers jours.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen était stable face au dollar, à raison d'un dollar pour 104,50 yens vers 06H30 GMT, contre 104,43 yens lundi à 21H00 GMT.

La monnaie japonaise évoluait peu également face à l'euro, qui valait 123,91 yens contre 123,87 yens la veille.

Un euro s'échangeait par ailleurs pour 1,1855 dollar, contre 1,1862 dollar lundi à 21H00 GMT.

Les prix du pétrole continuaient à grimper mardi, après avoir nettement progressé la veille grâce à l'annonce de Moderna et un indicateur positif sur la consommation en Chine.

Les investisseurs s'apprêtaient désormais à guetter l'issue d'une réunion des ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) qui doit se tenir ultérieurement mardi.

A 06H20 GMT le prix du baril de brut américain WTI gagnait 0,75% à 41,65 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 0,84% à 44,19 dollars.