La livre reprenait des couleurs vendredi face à l'euro et au dollar, à la fin d'une semaine plus porteuse que la précédente, malgré un marché toujours prudent face au délai jugé court par l'UE des négociations post-Brexit.

Vers 11H30, la livre gagnait 0,58% face au dollar, à 1,3069 dollar, et 0,21% face à l'euro, à 85,24 pence pour un euro. Parallèlement, l'euro s'affichait en hausse face au billet vert, à 1,1138 dollar.

La monnaie britannique restait cependant sous ses niveaux d'avant l'élection britannique du 12 décembre, l'optimisme initial des marchés ayant été vite douché par le Premier ministre Boris Johnson qui s'est dit opposé à une extension de la période de transition post-Brexit, ravivant les craintes d'une sortie abrupte de l'Union européenne.

"Si l'on compare avec la période de Noël 2018, le moral s'est amélioré au Royaume-Uni puisqu'il y a dorénavant moins d'incertitudes autour du Brexit et que le risque d'un ''Brexit dur'' est moins important", a commenté Samuel Siew, analyste de Phillip Futures.

"Nous restons toutefois prudents sur ce qui arrivera après le Brexit (...) et la livre devrait continuer à évoluer sous pression", a-t-il nuancé.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est d'ailleurs dite "très inquiète" de la course contre la montre imposée pour les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne d'ici à la fin 2020, dans un entretien publié vendredi.

"Je suis très inquiète devant le peu de temps dont nous disposons", a-t-elle affirmé au quotidien économique français Les Echos.