La Bourse de Bruxelles terminait finalement en hausse de 0,14%, à 4.072,15 points alors que trois de ses valeurs étaient affichées "ex-coupon".

La Bourse de Paris a entamé la semaine dans le rouge (-0,28%), freinée par les spéculations des investisseurs quant aux intentions des Banques centrales face à la résurgence de l'inflation. L'indice vedette CAC 40 a perdu 17,79 points à 6.367,35 points. Vendredi, il avait terminé en forte hausse de 1,54%.

Valeurs de clôture du 17/05 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles. Entre parenthèses, les cours de la séance précédente.

  • AB InBev - 61,95 (62,32)
  • Ackermans - 135,30 (136,20)
  • Aedifica + 102,60 (102,10)
  • Ageas - 52,60 (52,82)
  • Aperam + 46,58 (46,01)
  • arGEN-X + 226,20 (220,90)
  • Cofinimmo - 126,20 (131,10) ex-cp
  • Colruyt + 50,96 (50,42)
  • Elia - 89,65 (89,80)
  • Galapagos + 63,34 (63,05)
  • GBL + 90,74 (90,72)
  • KBC - 68,20 (68,46) ex-cp
  • Melexis - 81,10 (82,15)
  • Proximus + 17,24 (16,99)
  • Sofina + 313,00 (312,20)
  • Solvay - 111,70 (113,15) ex-cp
  • Telenet + 33,90 (33,52)
  • UCB + 79,30 (77,82)
  • Umicore = 49,99 (49,99)
  • WDP + 29,84 (29,58)

L'avis du Broker pour Bois Sauvage, Recticel, Leasinvest et Bpost

Bois Sauvage (-1,27 % à 389 euros) a vu son objectif de cours relevé de 350 vers 370 euros chez KBC Securities, la recommandation étant maintenue à “conserver”. Cette révision est intervenue suite à l’annonce d’une offre d’achat sur Recticel qui va permettre au holding d’engranger une plus-value sur cette participation.

Recticel (+0,68 % à 14 euros) a vu son avis suspendu chez Kepler Cheuvreux, suite à l’annonce du rachat de la participation des 27 % de Bois Sauvage au cours de 13,5 euros.

Leasinvest (+1,10, % à 78,6, euros) a également vu sa recommandation suspendue chez Degroof Petercam, suite à l’annonce que le groupe allait fusionner avec le promoteur immobilier Extensa et allait en conséquence abandonner son statut de société immobilière réglementée. “Cette opération fait du sens d’un point de vue économique et ne modifiera pas fondamentalement le profil de risque, mais les détails financiers sont trop difficiles à intégrer à l’heure actuelle, ce qui nous pousse à suspendre temporairement notre avis. Nous pensons que cette opération débouchera sur un recul du dividende pour 2021 et 2022”.

Bpost (-0,08 % à 10,34 euros) a vu ses objectifs relevés tant chez Jefferies (vers 13 euros) que chez Berenberg (vers 11,85 euros), les deux courtiers confirmant leur recommandation à ‘acheter’sur le groupe postal. Ces révisions ont fait suite aux excellents résultats pour le premier trimestre, poussés par le développement de la livraison de colis.