Placements / Marchés

Professeur émérite UCL Jean-Jacques Quisquater est l'invité du week-end de La Libre.

Né en 1945, Jean-Jacques Quisquater fait partie des rares connaisseurs scientifiques en Belgique du bitcoin et des cryptomonnaies en général. Il porte aujourd’hui le titre de professeur ordinaire émérite UCLouvain (groupe UCL crypto) et chercheur associé au MIT. Après avoir fait des études d’ingénieur civil à Leuven, il a travaillé chez Philips, plus exactement dans leur laboratoire de recherche. "Je m’occupais des puces, ce qui m’a amené sur la cryptographie. J’ai commencé en 1978, c’était le tout début", raconte-t-il. C’est ce que lui a permis d’être "parmi les inventeurs des cartes à puces". Il a aussi vécu toute la difficile transition de Philips, qui n’a pas réussi à anticiper la fin du vinyle, un de ses coeurs de métiers et qui est devenue aujourd’hui une société spécialisée dans les objets de soins de beauté (sèche-cheveux, etc.) et l’électroménager.

Une fois que le laboratoire de Philips a fermé, Jean-Jacques Quisquater s’est reconverti dans l’enseignement. Il a commencé comme professeur invité à l’UCL en 1991 avant d’être nommé en 1997 quand il avait 52 ans. Sa carrière académique a duré 15 ans durant lesquels il a beaucoup voyagé à travers le monde. Il a aussi accompagné une quarantaine d’étudiants doctorants. En parallèle, il a créé sa société de consultance Math Rizk, qui est toujours opérationnelle. "C’est un jeu de mot. À l’époque Matrix faisait référence à Internet", précise-t-il. Tout au long de sa carrière, il a bénéficié de contrats de recherche pour 14 millions d’euros, que ce soit de l’UCL, de la Région wallonne ou de la Commission européenne. Entretien.

Comment expliquer la chute des cours des cryptomonnaies? Assiste-t-on à l’éclatement d’une bulle?

Je ne sais pas si c’est l’éclatement d’une bulle, c’est en tout cas un dégonflement. On assite au processus habituel de ce qui fait fait la mode, ce qu’on appelle le hype. Conformément aux shémas économiques, on est dans une phase de consolidation. Le bitcoin n’existe que de puis dix ans. Les premières années, personne n’y croyait. Il a été créé en 2008 et actif en 2009 au moment où il y avait une crise financière très importante. Cela a été conçu comme une possibilité de s’échapper à cette bulle. financière. Il faut le voir comme un remède. Il eu trop de succès à la fois. Les gens ont voulu acheter cet actif car il devenait rare. Rappelons que les bitcoins sont en nombre limités. Les cours ont peut-être monté un peu trop vite. Ce n’est pas seulement vrai pour les bitcoins. Il y a un peu près 2000 cryptomonnaies actuellement. Sans doute un quart d’entre elles sont mortes.

Pourquoi sont-elles mortes?

(...)