Le groupe pétrolier d'État saoudien Saudi Aramco détient actuellement le record avec 29,4 milliards de dollars levés en décembre dernier sur la place boursière de Ryad.

Ant veut utiliser le produit de la vente des actions pour développer ses activités et financer la recherche et le développement.

Le géant du paiement en ligne possède le service Alipay, l'équivalent chinois et variante beaucoup plus importante de PayPal, et Alibaba détient une participation de 33% dans Ant. Les deux sociétés sont en effet issues du giron du milliardaire Jack Ma.

La valorisation de l'ensemble de l'entreprise est maintenant passée à environ 250 milliards de dollars, supérieure aux 225 milliards d'une estimation antérieure. Elle est donc désormais plus importante en valeur que le groupe financier Bank of America, et même deux fois plus grande que Citigroup. Parmi les institutions financières américaines, seule JPMorgan est plus importante en termes de valeur marchande.

Avec son introduction en Bourse, Ant Group répond à l'appel de Pékin, qui souhaite voir les fleurons nationaux du secteur des technologies se coter sur les places boursières nationales, dans une période de rivalité économique et politique acérée avec les Etats-Unis.

Le groupe revendique mensuellement plus de 700 millions d'utilisateurs actifs de son système Alipay et un volume annuel de transactions dépassant les 118.000 milliards de yuans (14.400 milliards d'euros) en Chine continentale.