La Bourse de Paris a démarré en hausse (+0,36 %), profitant du nouvel élan de Wall Street la veille, des propos rassurants du président de la Fed ayant permis de freiner la remontée des taux d'emprunt.

"Le marché boursier parisien a retrouvé un nouvel élan" mais "le risque d'une baisse des actions demeure", avertit Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg, d'autant que le taux américain à dix ans repartait à la hausse ce jeudi, tout comme les rendements obligataires européens.

Il évoluait autour de 1,43 %, un nouveau plus haut en un an alors qu'il avait reflué jusqu'à 1,37 % la veille.

"Le marché reste dans une période d'incertitude et tout franchissement du seuil psychologique situé à 1,50% sur le dix ans américain pourrait entraîner une nouvelle vague de chute des actions", complète-t-il.

L'accalmie aura donc été de courte durée sur le marché obligataire après que le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Jerome Powell, a de nouveau apaisé mercredi les craintes inflationnistes qui se matérialisent depuis plusieurs séances par une nette remontée des taux des emprunts d'Etat.

A 10H00 (08H00 GMT), l'indice vedette CAC 40 gagnait 26,74 points à 5.824,72 points, au lendemain d'une avancée de 0,31 %. La Bourse de Bruxelles lui emboîtait le pas avec une hausse de 0,53 % pour le BEL 20. La Bourse de Londres imitait également ses voisines, le FTSE-100 enregistrant une hausse de 0,35 %. En Allemagne, la Bourse de Francfort était à l'équilibre, à l'image du DAX (+ 0,06 %).