Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, a réaffirmé vendredi que l'institution continuera à agir "de façon appropriée" pour soutenir la croissance américaine, alors que les marchés s'attendent à une prochaine légère baisse des taux de la part de la Fed.

Soulignant ne pas anticiper de récession à court terme et indiquant que l'économie américaine était "au bon niveau", M. Powell a toutefois relevé de nombreux risques, notamment le ralentissement de l'économie mondiale, la faiblesse de l'inflation et les tensions commerciales. 

Participant à une discussion à l'Université de Zurich en Suisse avec son homologue suisse Thomas Jordan, le patron de la Réserve fédérale américaine a indiqué que la Fed continuera "d'utiliser tous les outils à sa disposition pour soutenir la croissance". 

Il a par ailleurs signalé que les tensions commerciales retardaient les investissements des entreprises. 

En outre, il a relevé que la faible inflation est un obstacle: "nous ne voulons pas aller sur cette voie" d'une inflation trop basse a-t-il poursuivi ajoutant que la Fed "défendrait" son objectif de 2% d'inflation. 

M. Powell a rappelé que les outils utilisés pendant la crise tels que le QE (Quantitative Easing) avaient montré leur efficacité tout en soulignant la nécessité de trouver "d'autres outils". 

Interrogé indirectement sur les critiques du président Donald Trump vis-à-vis de la Fed, M. Powell a assuré qu'il n'avait "aucun regret" d'être dans le service public et que la Fed était "engagée à agir de façon totalement apolitique". 

"La Fed est un endroit formidable, avec une éthique forte et un bon moral", a assuré M. Powell. "Nous ne tolérons aucune ingérence politique. (...). Ce n'est pas la bonne manière de faire", a-t-il également réagi. 

Pour autant, il a mis en exergue la diversité au sein de la Fed en raison de son organisation ancrée dans les régions, ce qui permet d'avoir une vision plus fine de la réalité économique du pays.