Vers 10H40 GMT (11H40 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier gagnait 1,10% par rapport à la clôture de mardi, à 44,23 dollars.

A New York, le baril américain de WTI pour décembre s'appréciait de 0,94% à 41,82 dollars.

"Les prix du pétrole augmentent modestement avec l'espoir que l'Opep+ décide de reporter l'augmentation de sa production prévue en janvier", a estimé Bjornar Tonhaugen, analyste de Rystad.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés via l'accord Opep+ se sont dit "prêts à agir" mardi pour maintenir un équilibre entre l'offre et la demande d'or noir, à l'issue de leur réunion mensuelle.

"Tous les pays participants doivent être vigilants, proactifs et prêts à agir, le cas échéant, en fonction des exigences du marché", a indiqué l'alliance des pays producteurs dans un communiqué.

L'Opep+ s'astreint à des coupes importantes dans sa production de brut pour tenter de l'adapter à un niveau de demande sabré par la pandémie de Covid-19, et éviter une chute des prix comparable à celle du début d'année.

Selon l'accord en vigueur, le retrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millions à compter de janvier 2021.

Plusieurs observateurs de marchés tablent sur un report de trois à six mois, qui sera vraisemblablement acté à l'occasion du prochain sommet du cartel et de ses partenaires les 30 novembre et 1er décembre prochain.

Les investisseurs attendent par ailleurs les chiffres hebdomadaires sur les stocks américains publiés par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) plus tard dans la journée.

Selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les réserves américaines de brut pour la semaine achevée le 13 novembre sont attendues en hausse de 1,6 million de barils, notamment grâce à la production intérieure qui devrait renouer avec la normale après le passage des ouragans successifs en début d'automne.