Les prix du pétrole étaient en hausse mardi en cours d'échanges européens, après cinq séances consécutives de baisse et à la veille de la signature d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Vers 11h40, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 64,66 dollars à Londres, en hausse de 0,72% par rapport à la clôture de lundi.

A New York, le baril américain de WTI pour février gagnait 0,55% à 58,40 dollars.

"Les investisseurs se concentrent désormais sur la signature de l'accord commercial préliminaire entre les Etats-Unis et la Chine prévu demain à Washington", a commenté Al Stanton, analyste de RBC.

Cet accord commercial, dit de "phase 1", "donnera ses futures orientations aux prix du pétrole", a insisté Benjamin Lu, de Phillip Futures.

Américains et chinois doivent ratifier mercredi la première étape de cet accord à Washington, une officialisation attendue depuis des mois et qui doit mettre fin à près de deux années de guerre commerciale entre les deux superpuissances.

"Les prix ont retrouvé leurs niveaux de mi-décembre, bien avant que les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran s'accélèrent", a noté de son côté Craig Erlam, de Oanda.

Une phase d'escalade soudaine entre Washington et Téhéran a secoué la semaine passée les cours de l'or noir.

L'apaisement rapide des tensions a ensuite plus que tempéré une première poussée de fièvre des investisseurs, faisant chuter les deux indices de référence de 5,3% (pour le Brent) et de 6,4% (pour le WTI) en variation hebdomadaire.

"Cela remet au centre les fondamentaux du marché, qui ne sont pas particulièrement haussiers", ont pointé Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes chez ING.

"Il pourrait connaître une situation de surplus important, ce qui fragilise les cours", ont-ils ajouté, soulignant l'importance des "prochaines décisions de l'Opep début mars".

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires se retrouvent à Vienne les 5 et 6 mars pour statuer sur l'accord de réduction volontaire de leur production d'or noir destiné à équilibrer le marché et à soutenir les prix.