Les grandes Bourses asiatiques limitaient les dégâts mardi en matinée, soulagées par un rebond des prix du pétrole après leur krach de la veille et par l'espoir de mesures budgétaires des Etats pour soutenir leurs économies, qui vacillent à cause du coronavirus. 

Les prix du pétrole remontaient quelque peu mardi en Asie, avec un baril de brut américain WTI gagnant 4,5% à 32,53 dollars et un baril de Brent de la mer du Nord prenant 5,59% à 36,28 dollars vers 02H00 GMT.

Les deux contrats avaient perdu environ 25% la veille, dans la foulée de la guerre des prix lancée par l'Arabie saoudite après l'échec de négociations en fin de semaine dernière avec la Russie, provoquant une violente tempête lundi sur les Bourses mondiales, déjà apeurées par l'épidémie de coronavirus.

Après avoir encore lâché plus de 3% en début de séance, dans la foulée de la dégringolade de Wall Street la veille, la pire depuis 2008, l'indice vedette Nikkei de la Bourse de Tokyo perdait "seulement" 1,22% à 19.458,75 points vers 02H00 GMT, tandis que l'indice élargi Topix reculait de 1,1% à 1.373,72 points.

Le marché tokyoïte trouvait surtout un certain réconfort dans le léger reflux du yen, qu'il suivait comme le lait sur le feu.

La monnaie japonaise faiblissait en effet par rapport au dollar vers 02H00 GMT, à raison d'un dollar pour 103,21 yens, contre 102,74 yens lundi après la clôture de la Bourse de Tokyo. La devise nippone s'était considérablement appréciée lundi face au dollar, du fait de son statut de valeur refuge auprès des investisseurs, un mouvement défavorable pour les entreprises japonaises très exportatrices. L'espoir de nouvelles mesures "de grande ampleur" pour soutenir l'économie américaine, promises lundi par Donald Trump, soulageait également quelque peu les investisseurs en Asie.

Le gouvernement japonais prépare lui aussi un nouveau plan de soutien à l'économie du pays, et les marchés espèrent que la Banque centrale européenne (BCE) dévoilera jeudi un vaste bouquet de mesures anti-crise face au coronavirus, qui risque de saper une économie de la zone euro déjà fragilisée.

L'euro valait 117,64 yens, contre 117,1 yens la veille. Un euro s'échangeait par ailleurs pour 1,412 dollar, contre 1,1458 dollar lundi à 19H00 GMT.

Les Bourses chinoises repartaient aussi dans le vert au début des échanges mardi: l'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong gagnait 0,98% à 25.285,68 points, tandis qu'en Chine continentale, l'indice composite de la Bourse de Shanghai prenait 0,61% à 2.961,38 points et celui Shenzhen 0,63% à 1.854,34 points.