Après la publication d'un indice Ifo supérieur aux attentes, le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles et ses voisins européens devaient réduire leurs pertes sans toutefois pouvoir les effacer, Wall Street étant elle-même, en baisse à l'ouverture. Notre indice de référence cédait finalement 0,29 % à 3.826,42 points, avec 10 de ses éléments en baisse.

La Bourse de Paris a fini quasi stable (-0,11 %), limitant ses pertes après un apaisement sur le front obligataire, les taux souverains ayant reflué après avoir atteint de nouveaux plus hauts en début de séance. L'indice CAC 40, qui avait ouvert en baisse, a finalement cédé seulement 6,11 points pour terminer à 5.767,44 points. Vendredi, il avait terminé en hausse de 0,79 % après une semaine en dents de scie aboutissant à une hausse hebdomadaire de 1,23 %.

La Bourse de Francfort perdait du terrain, le Dax cédant 0,31 %. De son côté, le FTSE-100 de la Bourse de Londres lâchait 0,18 %.

Valeurs de clôture du 22 février 2021 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles :

  • AB InBev - 53,18 (53,36)
  • Ackermans + 127,50 (127,40)
  • Aedifica + 104,40 (103,20)
  • Ageas + 47,23 (46,17)
  • Aperam - 34,90 (35,43)
  • arGEN-X - 297,20 (302,80)
  • Barco + 19,39 (19,22)
  • Cofinimmo + 130,20 (129,80)
  • Colruyt - 49,67 (50,16)
  • Galapagos - 70,52 (70,88)
  • GBL - 82,66 (83,82)
  • ING + 8,96 (8,95)
  • KBC + 59,02 (58,86)
  • Proximus + 17,85 (17,70)
  • Sofina - 282,50 (286,50)
  • Solvay + 98,22 (96,42)
  • Telenet + 34,66 (34,42)
  • UCB - 81,94 (83,62)
  • Umicore - 47,66 (48,02)
  • WDP - 28,54 (28,76)

Avis des brokers pour Galapagos, Greenyard et Recticel :

Galapagos (-0,5% à 70,52 euros) a subi une nouvelle vague d’ajustements à la baisse au niveau des objectifs de cours, de 85 vers 67 euros chez Bernstein (« neutre »), de 78 vers 69 euros chez Credit Suisse (« neutre ») et de 86 vers 71 euros chez Jefferies (« conserver »). Chez ce dernier courtier, l’analyste souligne les divers échecs subis par le groupe biotech. « Au vu des incertitudes actuelles, nous préférons rester à l’écart du titre dans l’attente des résultats du programme MANTA, qui pourrait fournir suffisamment d’assurance eu terme d'effets secondaire pour pouvoir lancer le Filgotinib aux Etats-Unis ».

Greenyard (+5,3% à 7,42 euros) a reçu un premier avis « acheter » chez Kepler Cheuvreux, avec un objectif initial fixé à 8,08 euros. « Le producteur de légumes surgelés a traversé une période difficile entre 2017 et 2019, mais il existe désormais suffisamment d’indices pour croire dans la stabilisation de l’activité, et dans une évolution favorable des perspectives pour les prochaines années ». L’analyste souligne notamment la très bonne traversée de la crise sanitaire au niveau opérationnel et la forte décote affichée par rapport aux concurrents.

Recticel (+1% à 12,14 euros) a vu son objectif relevé de 10 vers 13 euros chez KBC Securities, qui a confirmé son avis « accumuler » sur le titre. Cette révision est intervenue avant la publication des résultats pour l’exercice 2020, prévue ce 26 février. Recemment, Kepler Cheuvreux avait de son côté repris sa recommandation à « conserver », avec un avis fixé à 12,7 euros.