Le net recul de Wall Street après l'ouverture devait jeter un froid sur les marchés européens qui basculaient subitement dans le rouge. Freiné d'emblée par de nouveaux détachements de coupons, le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles devait finalement s'enfoncer sous les 4.000 points en abandonnant 1,54 % à 3.955,01 points.

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,89 %. L'indice CAC 40 a perdu 56,15 points à 6.251,75 points, au lendemain d'une progression de 0,61 %.

De son côté, le Dax de la Bourse de Francfort a plongé de 2,49 %, à 14 856.48 points, tandis que le FTSE-100 de la Bourse de Londres baissait de 0,67 % à 6 923.17 points.

Valeurs de clôture du 04/05 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles :

  • AB InBev - 58,70 (59,16)
  • Ackermans - 132,40 (133,10)
  • Aedifica = 102,70 (102,70)
  • Ageas - 49,86 (50,28)
  • Aperam - 42,79 (43,40)
  • arGEN-X - 226,00 (236,10)
  • Cofinimmo + 129,10 (128,60)
  • Colruyt - 49,19 (49,38)
  • Elia - 89,35 (90,35)
  • Galapagos - 64,00 (64,55)
  • GBL - 88,28 (91,76)
  • KBC - 64,02 (64,56)
  • Melexis - 85,40 (89,35)
  • Proximus + 17,82 (17,72)
  • Sofina - 312,60 (318,60)
  • Solvay - 106,00 (106,95)
  • Telenet - 34,00 (34,60)
  • UCB - 76,26 (77,02)
  • Umicore - 49,29 (50,54)
  • WDP - 29,50 (29,62)

Avis des brokers pour Umicore, AB Inbev et Colruyt : 

Umicore (-2,5 % à 49,29 euros) a vu son avis repris à "conserver" chez Degroof Petercam, l’objectif de cours étant fixé à 55 euros (contre 52 euros avant la suspension de la note). "Nous avons récemment relevé nos attentes pour le résultat opérationnel, afin de prendre en compte un niveau plus élevé pour les cours des métaux précieux". L’analyste souligne également avoir une appréciation positive pour les perspectives à long terme du groupe, mais souligne qu’il manque de facteurs positifs à court terme.

AB Inbev (-0,8 % à 58,7 euros) a été maintenu à "neutre" chez le Crédit Suisse, l’objectif étant relevé de 57 vers 62 euros. "Nous avons relevé nos attentes sur le groupe après l’annonce de solides résultats pour les principaux concurrents du groupe". L’analyste souligne également que l’évolution des ventes dans les pays émergents devra particulièrement être suivie, et pourrait signaler le début du redressement boursier pour le groupe brassicole. "Une croissance plus rapide du chiffre d’affaires sera particulièrement bien accueillie par le marché".

Colruyt (-0,4 % à 49,19 euros) a vu les analystes rester sur la défensive suite à l’annonce de l’acquisition du groupe de fitness JIMS. Kepler Cheuvreux et KBC Securities ont maintenu leur avis à "conserver" avec des objectifs fixés à 49 euros chez les deux courtiers. Les analystes éprouvent beaucoup de difficultés à voir de quelle manière des synergies importantes pourraient être dégagées par cette opération. "Il s’agit d’une acquisition opportuniste qui profite du contexte déprimé pour les salles de sport".