Les exportations chinoises ont chuté de 7,3% sur un an en octobre, davantage qu'attendu, accentuant le plongeon de septembre sur fond de morosité de la demande internationale, a annoncé mardi l'administration des Douanes.

Le géant asiatique, principale puissance commerciale de la planète, a vu ses exportations fondre le mois dernier à 178,2 milliards de dollars, après un repli de 10% en septembre, reflet d'une conjoncture internationale précaire.

Les experts sondés par l'agence financière Bloomberg s'attendaient à une baisse plus modérée (-6%).

De leur côté, les importations ont reculé de 1,4% sur un an, à 129,1 milliards de dollars, là encore plus fortement qu'escompté --ce qui reflète une demande intérieure toujours extrêmement précaire, notamment sur fond de ralentissement de l'activité manufacturière.

Les statistiques des Douanes sont attentivement scrutées par les marchés pour jauger la santé de la deuxième économie mondiale: le commerce extérieur reste un pilier du PIB de la Chine et un moteur traditionnel de sa croissance.

Ces chiffres décevants, qui font suite à une véritable douche froide pour le commerce extérieur chinois en septembre, s'inscrivent dans un tableau d'ensemble déjà morose.

Ainsi, l'industrie en Chine est toujours plombée par des surcapacités de production massives et un vif essoufflement de la production; l'envolée de l'endettement public et privé inquiète; la croissance n'a résisté au troisième trimestre que grâce à une bulle alarmante du secteur immobilier.

Lesté par le repli des exportations, l'excédent commercial s'est établi à 49,1 milliards de dollars en octobre, en recul sur un an, mais mieux que les 42 milliards enregistrés le mois précédent.

Le gouvernement chinois s'efforce de rééquilibrer le modèle de croissance du pays vers les services, les nouvelles technologies et la consommation intérieure, au détriment des industries lourdes et --justement-- des exportations à faible valeur ajoutée. Mais la transition s'avère douloureuse.

"Après la très décevante série de statistiques commerciales en septembre, les chiffres publiés par les Douanes apparaissent rassurants", même s'ils sont inférieurs aux attentes, commente Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

"Mais comme il est improbable que la croissance économique mondiale et celle de la Chine accélèrent nettement, les perspectives du commerce chinois à moyen terme restent délicates", tempère-t-il aussitôt. "La marge pour une amélioration significative de la demande mondiale --et par conséquent des exportations chinoises-- est probablement très limitée".