Les marchés boursiers européens ont fini en recul ce mardi, alors que les négociations sur le Brexit entre Londres et Bruxelles sont au bord de la rupture, que la perspective d'une sortie de l'UE sans accord se rapproche. Les marchés restent également crispés, attendant avec impatience et beaucoup d'appréhension la reprise des pourparlers sino-américains sur le commerce.

"L'impatience des opérateurs sur la guerre commerciale justifie le mouvement" sur le marché, où "les valeurs cycliques sont attaquées", observe Frédéric Rozier, gérant de portefeuille chez Mirabaud France.

Les investisseurs sont dans un état "d'inquiétude sur le cycle économique, sur les pourparlers sino-américains, sur le Brexit et la saison incertaine des résultats" qui approche et dont le marché attend "des discours d'entreprises un peu plus prudents", a-t-il poursuivi.

"L'absence de visibilité sur le cycle économique et éventuellement sa fragilité poussent à la prudence, à la sortie de valeurs hyper-cycliques", a noté le spécialiste.

Rendez-vous jeudi

Principal rendez-vous de la semaine, les prochaines négociations entre les États-Unis et la Chine pour tenter de sortir de l'impasse de la guerre commerciale se tiendront à partir de jeudi à Washington.

"Mais le vice-Premier ministre Liu He ne portera pas le titre d''envoyé spécial' ce qui laisse entendre qu'il n'a pas d'instruction claire de Pékin. Il y a le sentiment que les négociations commerciales sont finies avant d'avoir commencé", note de son côté David Madden, analyste pour CMC Markets.

Alors que, selon des médias, les autorités chinoises ont considérablement réduit le champ des contentieux qu'elles sont disposées à aborder cette fois-ci, Donald Trump a annoncé lundi qu'il privilégiait un accord commercial global avec Pékin plutôt qu'un traité partiel.

Les offensives commerciales menées tous azimuts par Donald Trump vont coûter environ 700 milliards de dollars à la croissance mondiale d'ici 2020, soit l'équivalent de l'économie de la Suisse, a prévenu mardi Kristalina Georgieva, la nouvelle directrice générale du FMI.

L'inconnue du Brexit

Autre point noir qui fait pression sur le marché, les discussions entre Européens et Britanniques semblaient au bord de la rupture mardi à un peu plus de trois semaines de la date prévue du Brexit.

Le président du conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a accusé mardi le premier ministre britannique Boris Johnson de jouer avec "l'avenir de l'Europe" tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a jugé un accord "extrêmement improbable" sans compromis de la part de Londres.

Une sortie de l'Union européenne sans filet, scénario du pire pour les milieux d'affaires, n'est pas exclue par le gouvernement britannique alors que la date prévue du 31 octobre approche à grand pas et qu'aucun compromis n'a encore été validé.

Le point à la clôture:

  • La Bourse de Paris a fini en net recul (-1,18%). L'indice CAC 40 s'est replié de 64,99 points à 5.456,62 points dans un volume d'échanges faible de 2,97 milliards d'euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,61%. La cote parisienne a ouvert légèrement dans le vert avant de basculer et d'accroître ses pertes progressivement;
  • La Bourse de Francfort a fini mardi en baisse, le Dax perdant 1,05%. Après deux séances de hausse, l'indice vedette a reculé mardi de 127,2 points pour finir à 11.970,20 points. Le MDax des valeurs moyennes a, de son côté, cédé 1,72%, à 25.175,42 points;
  • A Londres, l'indice vedette, le FTSE 100 des principales valeurs, a reculé de 0,76% à 7.143,15 points.