La séance a été marquée par les quatre décrets signés par Donald Trump pendant le week-end et censés aider les Américains au chômage ou menacés d'expulsion de leurs logements à cause de la pandémie.

"A court terme, l'effet est positif car les décrets ont pu débloquer quelques craintes", selon le spécialiste. Les négociations sur les nouvelles mesures s'éternisaient au Congrès alors que les premières mesures d'aide de l'État fédéral se sont arrêtées le 31 juillet.

Toutefois, "à moyen terme, il y a un risque de bataille juridique", pointe M. Baradez, car c'est au Congrès que la constitution américaine confie la plupart des décisions budgétaires du pays.

Les effets de la pandémie, qui a fait au moins 731.518 morts dans le monde selon un bilan AFP, continuent d'être ressentis alors que de nombreux pays craignent une résurgence des contaminations.

Le port du masque est devenu obligatoire lundi matin dans certains quartiers très fréquentés de Paris, après des mesures similaires à Bruxelles et Madrid.

En France, la reprise économique s'est poursuivie au mois de juillet mais l'activité reste à un niveau inférieur à la normale, a confirmé une étude publiée par la Banque de France.

Mesures de rétorsion

Les investisseurs ont suivi par ailleurs les relations de plus en plus tendues entre les Etats-Unis et la Chine.

Pékin a annoncé lundi des sanctions à l'encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l'autonomie de Hong Kong.

Les mesures de rétorsion "restent symboliques", mais les tensions persistantes "pourraient peser sur les valeurs technologiques américaines", moteurs du rebond des marchés mondiaux, selon M. Baradez.

Le point à la clôture:

La Bourse de Francfort a fini lundi en légère hausse, le Dax gagnant 0,10%. L'indice vedette a gagné 12,65 points, à 12.687,53 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté pris 0,12%, à 27.175,43 points;

La Bourse de Londres a terminé en hausse de 0,31%. A la clôture, l'indice FTSE-100 des principales valeurs a pris 18,41 points à 6.050,59 points;

La Bourse de Paris a progressé de 0,41%. L'indice CAC 40 a gagné 19,99 points à 4.909,51 points. Vendredi, il avait conclu une semaine positive sur une légère hausse de 0,09%.

Avis de broker pour Montea, Bpost et Ontex

Montea (+1,24% à 98,10 euros) a enregistré une vague de révisions haussières de la part des courtiers belges, avec des objectifs relevés de 87 vers 100 euros chez Kepler Cheuvreux ("acheter"), de 87 vers 90 euros chez Degroof Petercam ("conserver") et de 89 vers 95 euros chez KBC Securities ("accumuler"). Ces révisions font suite à la publication des résultats pour le deuxième trimestre, qui ont montré des tendances opérationnelles solides dans l’immobilier de logistique. "Le profil de croissance devrait soutenir la valorisation", souligne Kepler Cheuvreux.

Bpost (+2,97% à 8,14 euros) a également enregistré une vague de révisions favorables, cette fois de la part de courtiers internationaux, avec des objectifs grimpant vers 8,2 euros chez Bank of America ("neutre"), vers 8,5 euros chez Barclays ("surpondérer") et vers 10,15 euros chez UBS ("acheter"). Ces révisions font suite à l’annonce de résultats supérieurs aux attentes pour le deuxième trimestre, avec une rentabilité qui a été dopée par les livraisons de colis. "Même si l’activité devrait se ralentir au second semestre, le groupe a montré sa capacité à traiter des volumes supplémentaires avec son réseau actuel", souligne Bank of America.

Ontex (-0,68% à 11,65 euros) a subi deux baisses d’objectifs sur les dernières séances, vers 20 euros chez Kepler Cheuvreux ("acheter") et vers 11 euros chez le Crédit Suisse ("sous-performance"). Chez ce dernier courtier, l’analyste s’attend à un ralentissement une croissance moins rapide du chiffre d’affaires et à un ralentissement des flux de trésorerie.

G.Se.